Oscar Santa Maria Huerta

Il y a trente-cinq ans, le pilote de chasse Oscar Santa Maria Huerta vécu un réel moment « Idependance Day » quand il tenta d’abattre un mystérieux engin en forme d’ampoule, dans ce qui est à ce jour le seul cas documenté d’un avion militaire tirant sur un OVNI.

Oscar Santa Maria Huerta
Le colonel de l’Armée de l’ai péruvienne Oscar Santa Maria Huerta avec son jet russe Sukhoi-22.

Tôt le matin du 11 Avril 1980, et le lieutenant de 23 ans de l’armée de l’air péruvienne se préparait à des exercices quotidiens avec environ 1800 personnels militaires et civils à la Base de La Joya Air Force, à 1000 km au sud de la capitale péruvienne .

Lt Huerta, un pilote avec huit ans d’expérience  participait à des missions de combat depuis le 19. On lui a été ordonné de décoller avec son chasseur Sukhoi-22 pour intercepter un objet argenté étrange qui avait été repéré flottant près de l’extrémité de la piste.

L’objet était à cinq kilomètres, suspendu à environ 600 mètres du sol, et ne répondait pas à aucune communication.

Ce ‘ballon’ était dans l’espace aérien à accès restreint sans autorisation, ce qui représentait un grave défi à la souveraineté nationale.

 

 Oscar Santa Maria Huerta
A 23 ans, l’alors LT. Huerta a réussi à tirer sur – et a touché – un OVNI

Le Colonel Huerta est l’un des nombreux chercheurs, anciens officiers militaires et d’autres qui ont témoigné lors d’un événement de presse majeure au National Press Club à Washington en 2013, visant à faire pression sur le gouvernement américain pour ouvrir ses fichiers sur les rencontres OVNI.

« Il devait être descendu ». La Joya était l’une des rares bases en Amérique du Sud qui possédaient du matériel de guerre de fabrication soviétique, et nous étions préoccupés par l’espionnage « , écrit-il.

Après le décollage, le colonel Huerta a volé à 2500 mètres et est entamé une trajectoire d’attaque. « Je suis arrivé la distance nécessaire et j’ai tiré une rafale de soixante-quatre obus de 30 mm, ce qui a créé une« muraille de feu « en forme de cône qui aurait du, normalement, effacer tout sur son passage, » écrit-il.

Un seul de ces obus aurait effacé une voiture, mais ils n’ont eu aucun effet sur l’objet. «Je pensais que le ballon serait ensuite déchiré et  que du gaz commencerait à s’échapper de lui. Mais rien ne se produisit. Il semblait que les énormes balles avaient été absorbées par le ballon, et il n’a pas été endommagé du tout « .

Huerta
Un diagramme montrant la rencontre avec l’objet

L’objet s’est alors dirigé vers le ciel rapidement loin de la base, ce qui incita le colonel Huerta à activer la post-combustion de l’avion pour donner la chasse 500m derrière. Comme ils arrivaient au dessus de la ville de Camana, à 84 km de la base, l’objet s’est arrêter soudainement, le forçant à se déporter vers le côté.

Le colonel Huerta tenta de se positionner pour tire un autre coup.

« Je commençais à me rapprocher de lui jusqu’à ce que je l’ai parfaitement en vue. » écrit-il. «J’ai verrouillé la cible et j’étais prêt à tirer. Mais juste à ce moment, l’objet a fait une autre ascension rapide, éludant l’attaque. Je suis resté en dessous; il avait rompu l’attaque ».

Il tenta la même manoeuvre deux fois, et à chaque fois l’objet s’est échappé vers le haut quelques secondes avant qu’il ne puisse tirer.

A ce moment, l’objet était à 14.000 mètres au dessus du sol. Le Colonel Huerta décida de tenter une attaque par le haut, de sorte que l’objet ne puisse pas quitter sa fourchette cible, mais l’objet monta jusqu’à 19.200 mètres – bien au-dessus des spécifications de son avion.

A court de carburant, il a réalisé qu’il ne pouvait pas continuer l’attaque, donc il décida de voler près de l’objet pour mieux l’observer. Ce n’est que quand il fut à 100 mètres qu’il  réalisa ce qu’il était.

Huerta
Schéma grossier de l’objet

Je fus surpris de voir que le ‘ballon’ n’était pas du tout un ballon. C’était un objet qui mesurait environ 10 mètres de diamètre avec un dôme brillant sur le dessus qui était de couleur crème. Il était semblable à une ampoule coupée en deux », écrit-il.

Le fond avait une base circulaire plus large, de couleur argent. Elle ressemblait à une sorte de métal. Il manquait de tous les composants typiques d’aéronef. Il n’avait pas d’ailes, de jets de propulsion, d’échappements, de hublots, d’antennes, et ainsi de suite. Il n’avait pas de système de propulsion visible.

« A ce moment, je me suis rendu ce n’était pas un dispositif d’espionnage, mais un OVNI, quelque chose de totalement inconnu. J’étais presque en panne de carburant, donc je ne pouvais pas attaquer ou manoeuvrer mon avion, ou m’échapper à grande vitesse. Soudain, j’ai eu peur. Je pensais que je pourrais être la fin.  »

Le Colonel Huerta rentra, volant sans moteur en raison du manque de carburant et en zigzaguant pour rendre mon avion plus difficile à atteindre, toujours avec mes yeux sur les rétroviseurs, et espérant qu’il ne me donnerait pas la chasse ».

Huerta
Il n’avait pas de système de propulsion visible.

Après son atterrissage, l’objet resta à l’endroit qu’il l’avait quitté pendant deux heures, « visible de tout le monde sur la base alors qu’il reflétait dans le soleil ».

Le Colonel Huerta dit que l’engin a été vu par tout le monde sur la base, on demanda à beaucoup de faire des rapports. En Juin 1980, un document du ministère américain de la Défense intitulé « OVNI aperçu au Pérou», décrit l’incident, indiquant seulement que l’objet reste d’origine inconnue.

Un incident similaire a eu lieu en 1976, lorsque le Général Parviz Jafari de l’armée de l’air iranienne tenta de tirer sur un OVNI, mais il trouva que son équipement était éteint. «Mon équipement était mécanique, et c’est peut-être la raison pour laquelle il ne pouvait pas être mis hors service, donc à la place, l’objet a dû filer au loin à la dernière minute», écrit le colonel Huerta.

«Je me trouve dans la position unique, au moins pour le moment, et pour autant que je le sache, d’être le seul pilote militaire au monde qui a effectivement tiré et touché un OVNI. Ca me donne encore des frissons d’y penser « .

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *