OVNI : ces nains venus du ciel

Des nains, provenant du centre africain, étaient connus des Egyptiens. Quand ils en ramenaient des leurs expéditions vers le sud, ils les disaient venus du PAYS-DU DIEU et leur faisaient exécuter des danses rituelles. Mais il y avait aussi des Egyptiens atteints de nanisme pathologique qui remplissaient des fonctions auprès des grands. Ils arrivaient parfois à de hauts postes et devenaient favoris de leur maître.
François Daumas—La civilisation de l’Egypte pharaonique—Les Grandes Civilisations—Arthaud—1965
Les nains ont toujours fasciné les gens dits « normaux ». En 1937, à l’Exposition Internationale de Paris, un village de « lilliputiens » et de « lilliputiennes », passionna des dizaines de milliers de visiteurs. Ce monde en miniature reflétait quelque chose de merveilleux, une ambiance de contes de fées.

Les nains, les elfes, les fées, le Petit peuple comme on l’appelle, est paraît-il constitué d’êtres mythiques appartenant à un folklore révolu depuis longtemps… Mais voilà en ce début du troisième millénaire ces petites entités sont de retour ! Ces farfadets débarquent de mystérieux vaisseaux inconnus et se livrent sur des humains à des actes réprouvables.

Mon intention n’est pas d’insister ici sur les manifestations de petits pilotes parce que, d’une part, ces « nains » sont en profusion dans la documentation qui traite des atterrissages, et de leur présence dans l’environnement rapproché de leurs engins et, d’autre part, parce que l’idée même d’êtres venus d’ailleurs est étroitement associée à celle de petits hommes, que certains ont nommés « verts ».

LITTLE GREEN MAN

Au début du mois de septembre 2004, une avalanche d’annonces affirmait que quelques jours plus tôt, SETI@home aurait découvert le signal probable d’une civilisation extraterrestre.

La rumeur émanait du magazine New Scientist, qui avait collecté la plupart des principaux signaux prometteurs de SETI@home et spéculé au sujet de leurs origines possibles. Tout comme les 5 milliards de signaux potentiels, ce candidat, marqué SHGb02+1â a reçu une note représentant la probabilité statistique que ce soit effectivement un signal extraterrestre intelligent. Sa note relativement haute placée parmi les 200 meilleurs candidats qui ont été choisis pour les cessions d’observations qui ont eu lieu en mars 2003 à l’observatoire d’Arecibo

C’est dans une cuvette naturelle à Arecibo (Porto Rico) que les Américains ont construit, il y a plus de 40 ans, la première oreille géante qui leur permit de suivre les murmures du cosmos.

Ce centre placé à une latitude de 18°nord, se trouve dans une région où régulièrement les planètes passent au zénith.

Nous saurons dans quelques mois si ces signaux détectés à trois occasions ont été émis par une source intelligente avancée, ou sont le fruit d’une fréquence parasite.

Au mois de novembre 1967, à Cambridge, en Angleterre, le pr. sir Martin Ryle, chef de l’équipe de Cambridge détecta une radio-source cosmique, qui elle aussi semblait émaner d’une d’u autre monde. Il déclara à la presse : « nous avons baptisé « L.G.M. » le point d’où proviennent ces « appels » cosmiques. C’est à dire « Little Grenn Men » ou planètes des « petits hommes verts »…

Si nous savons, que déjà à l’époque, un dossier « Top secret » existait à l’état-major de la Royal Air Force sur les « L.G.M. » et leurs curieux engins volants , nous devons admettre que sir Martin Ryle possédait un sens de l’humour typiquement britannique. Hélas, la dénomination qu’il venait d’inventer, servit rapidement à ridiculiser tous les témoins qui avaient vu des pilotes nains au sol.

En ce qui concerne ces derniers, c’est ici qu’intervient l’objection la plus courante. Nombreux sont ceux qui rejettent l’hypothèse extraterrestre dans son entier, trouvant totalement inconcevable l’existence d’une race spatiale de petite taille. Comme nous l’écrivions plus haut, on s’est beaucoup moqué des « petits hommes verts » et des passagers qualifiés de martiens, issus des OVNI.

Ce que nous devons cependant garder présent à l’esprit, c’est que les nains existent et ont existé dans notre propre milieu, parmi nous et s’adaptant fort bien à notre mode de vie, qui parfois, il faut bien le reconnaître leur pose beaucoup de problèmes par rapport à leur taille.

Ces derniers manifestent une résistance physique peu commune. Chacun se souvient du temps où le catch constituait une attraction qui attirait des foules nombreuses, les catcheurs nains obtenaient des succès remarquables. Leurs prestations remplissaient les salles et les gymnases.

Par leur gentillesse, les nains ont toujours exercé une fascination particulière sur l’esprit humain. Souvent doués d’une excellente culture, ils eurent la faveur des Grands de ce monde, surtout à l’époque médiévale.

Un peu plus loin dans le temps Mgr. Gaudot , évêque de Vence, homme d’une taille plus que modeste, fut surnommé « le nain de Julie ». Esprit brillant et théologien réputé, il brilla à Versailles.

En Espagne, à la Cour, vers la fin du XVIIe siècle, un nain fut célèbre par sa beauté et par sa grâce. Il s’agit de Luisillo. Spirituel et gentil, il fut le compagnon de jeux de l’infante Elvira. La petite taille de Luisillo est légendaire ; il montait un cheval si petit quand la route à parcourir était trop longue. Puis, rendu à destination, on remettait à terre le poney pour que Luisillo pût l’enfourcher juste avant d’entrer chez les gens qui l’invitaient.

Richebourg, le dernier des bouffons de la Cour de France, fut le sommelier de la duchesse d’Orléans, mère de Louis-Philippe. Il fut surtout utile à ses maîtres sous la Révolution. Lorsqu’un message secret devait passer à l’étranger, on enveloppait Richebourg dans des langes de nourrisson et une femme le portait comme un bébé normal, mais le message était caché. Ce mode de transport sembla convenir parfaitement à ce nain qui mourut à quatre-vingt-dix-ans !

Henriette d’Angleterre avait attaché à sa personne un nain qui était beau au point qu’il eut de nombreuses aventures romanesques, malgré une grosse tête. Il se nommait Jeffrey Hudson et savait se défendre. Dans un duel, il étendit son adversaire d’un coup de pistolet.

UN MOYEN AGE BEAUCOUP PLUS TENEBREUX…

Le moyen âge fut peuplé de nains, fils d’hommes ou d’Ailleurs… Les légendes de tous les pays parlent de lutins de gnomes et de farfadets. Leur présence est encore attestée au Tyrol, où le krolls, hôtes habituels des anciennes mines apparaissent encore aux Autrichiens.

Ces êtres gentils ou malicieux son supposés vivrent sous terre et n’apparaissent qu’occasionnellement pour s’occuper des affaires des humains. Ils avaient des pouvoirs extraordinaires comme celui d’arrêter le temps, de faire de l’or, ou d’enlever les humains.

De très anciennes archives, datant de 1138, rapportent que dans un monastère allemand, des moines découvrir un nain qui semblait ne parler aucune langue connue. On l’attrapa, mais il réussit à s’enfuir dans une espèce de tunnel fermé par une pierre où il fut impossible de le suivre. Il n’est jamais reparu, à la grande satisfaction des moines qui crurent avoir affaire à un fils du Malin. Ils exorcisèrent l’endroit où le petit être noir avait disparu en y plaçant une croix de bois.

Une aventure identique eut lieu dans les flancs de la citadelle cathare de Montségur, vers les années 70. Nous connaissons l’identité de la personne qui guidait un groupe de chercheurs pratiquant des fouilles dans une galerie attribuée aux Parfaits. Alors que l’équipe creusait un passage, un petit être au teint jaunâtre apparut soudain devant leurs yeux ébahis. Au moment où l’un des participants voulut le capturer, une énorme pierre tomba du plafond de la galerie et obstrua le chemin de fuite de l’entité !

DES EXTRA-HUMAINS ?

Jacques Vallée, qui étudie depuis de nombreuses années les récits et témoignages d’apparitions d’extraterrestres, a constaté la permanence de ces manifestations au cours de l’Histoire. Dans ses ouvrages « Passport to Magonia » et « Autres Dimensions », ce chercheur démontre que dans le passé, on admettait comme normaux les contacts des humains avec des créatures différentes de nous. Un auteur du XVIII e siècle admettait même, avec beaucoup de sagesse : « Elles sont issues comme nous de la création ».

L’étude de nombreux folklores prouvent que très longtemps, l’homme a cohabité avec elles. Les passages entre les mondes se sont ensuite perdus et des sas se sont refermés ou bien on les a refermés

Vallée et d’autres chercheurs en concluent que ces « élémentaux » (quel vilain terme)…ces membres du petit Peuple viennent de dimensions parallèles à la nôtre. Cela expliquerait les innombrables contes et légendes dans lesquels on les voit surgir de nulle part, disparaître dans un rocher ou s’éclipser dans le cœur d’un vieil arbre ou d’une pierre levée. Leur manifestation s’accompagne souvent d’un éclat de lumière ou de phénomènes insolites dans les airs.

Certains prétendent actuellement, de nombreux témoignages le démontrent que « le Petit Peuple » est de retour. Les créatures du folklore réapparaissent en plein XXI e siècle. Surtout, si vous croisez une fée dans un bois ou au pied d’un archaïque dolmen, n’en parlez à personne. En Provence, ceux qui autrefois voyaient ces enchanteresses était qualifiés de « fadas». Rien n’a changé et ce qualificatif non péjoratif a pris aujourd’hui une toute autre consonance, même si le plus beau dolmen du Var, qui porte le nom de « Pierre de la Fée » reçoit bon an mal an des milliers de visiteurs !

Vallée a parfaitement raison, lorsqu’il dit : « Les occupants des OVNI, tout comme les elfes d’autrefois, ne sont pas des extraterrestres. « Ils sont les habitants d’une autre réalité. »

Il n’est pas le seul à soutenir semblable hypothèse. C’est cependant lui qui l’étaye de la manière la plus solide . Une ou plusieurs autres dimensions existent, et Magonia ou Magonie est une réalité non accessible à nos sens relativement limités. Les êtres qui la peuplent détiennent la clé qui leur permet de passer dans notre monde. Rien ne leur interdit de s’insinuer longtemps parmi nous sans que nous en soyons conscients !

La mutation brutale de nos possibilités technologiques et la modification anarchique de notre environnement ont peut être fait que ces autre dimensions en soient affectées.

Lors de différentes enquêtes, conduites en France et un peu partout dans le monde, nous avons pu constater que la présence de ces êtres mystérieux étaient pour beaucoup une réalité non contestable.

Voir également : et http://web.archive.org/web/20141104103722/http://lesdossiersdeletrange.over-blog.com:80/

par Guy Tarade, dimanche 11 septembre 2011,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *