Paradoxe de Fermi

Il est intéressant de faire le point sur la genèse de ce paradoxe de Fermi, de constater qu’il est antérieur à la formule de Drake et qu’il a pris naissance au cœur du complexe militaro industriel d’après guerre. Selon les sources, voir le lien :

http://www.ufoevidence.org/documents/doc1057.htm

la question aurait été posée à l’été 1950 au Los Alamos National Laboratory lors d’un repas auquel participaient Enrico Fermi[0], Emil Konopinski[1], Edward Teller[2], and Herbert York[3], des hommes qui ont été les concepteurs, les architectes des bombes nucléaires et thermonucléaires donnant à l’humanité un cadeau empoisonné, le moyen de son autodestruction[4]! Teller a d’ailleurs inspiré Stanley Kubrick dans son docteur Folamour (La sortie du film était prévue le 22 novembre 1963, mais ce jour-là est assassiné le président John Fitzgerald Kennedy La production doit repousser la date de sortie au début de l’année suivante..)

Le lien cité reprend la version d’ Emil, Edward et Herbert en les mettant en relation pour croiser les sources. Konopinski évoque une discussion autour des soucoupes volantes et de leurs origines, mentionnant un dessin humoristique paru dans le New Yorker à propos de la disparition des poubelles publiques de la ville de New York et où l’on voyait un petit homme vert avec des antennes transporté les poubelles dans sa soucoupe. Fermi aurait répondu qu’il s’agissait d’une théorie sensée puisqu’elle expliquait à la fois la disparition des poubelles et les observations de soucoupes volantes.

Il s’ensuivit alors une discussion à propos de la possibilité pour les soucoupes volantes de dépasser la vitesse de la lumière.

Teller quant à lui se souvient d’une conversation sur les voyages dans l’espace, les soucoupes volantes et l’affirmation évidente que celles-ci n’étaient pas réelles. Fermi aurait alors posé la question suivante à Teller : « Edward, qu’en pensez-vous ? Quelle probabilité y a-t-il que dans les prochains dix ans à venir nous ayons des preuves indiscutables d’objets matériels se déplaçant plus vite que la lumière ? Teller évoqua une chance sur un million et Fermi répondit : « C’est beaucoup trop bas. La probabilité est plutôt de l’ordre de 10% ». Selon Teller la conversation se poursuivit et était alors vaguement relative à l’astronautique, les soucoupes volantes pouvant être l’expression d’extraterrestres. La discussion dériva ensuite sur d’autres sujets et les convives passèrent à table.

Puis, au milieu du repas et d’une conversation qui n’avait rien à voir, Fermi s’exclama : Où sont ils ? la question provoqua un éclat de rire général car bien qu’elle venait comme un cheveu sur la soupe, tout le monde comprit autour de la table qu’il parlait de la vie extraterrestre.

York se souvient que Fermi poursuivit par une série de calculs de probabilité sur l’existence de planètes comme la Terre, la probabilité d’apparition de la vie sur une planète, la probabilité d’une vie intelligente, la durée de vie d’une civilisation, etc. Il conclut sur base de ses calculs que nous devrions avoir été visité il y a longtemps et plusieurs fois.

La problématique a été mise en équation par Drake au début des années soixante et perdure depuis. L’actualité scientifique récente amène de nouveaux arguments en faveur de l’universalité de la vie. Une convergence s’amorce et semble pouvoir répondre de façon positive à la présence extraterrestre même si le sujet est toujours autant torpillé et traité de façon folklorique dans le grand public. Ce paradigme implique une véritable révolution de la pensée humaine, les idées cheminent et creusent des galeries qui feront s’effondrer les constructions sociales erronées.

 Vous trouverez ci-joint une traduction rapide du résumé de l’article suivant :

« La complexité de Kolmogorov[5], le programme d’information, la panspermie et le paradoxe de Fermi. »

http://arxiv.org/PS_cache/physics/pdf/0508/0508010v2.pdf

qui me semble ouvrir une autre voie dans la recherche de la vie dans le cosmos[6]. Étrangement, cette affaire est à mettre en rapport avec les dernières avancées de Craig Venture[7] et notamment pour les amateurs de la langue de Shakespeare des éléments évoqués dans une conférence que j’avais citée dans le post :

A titre d’exemple, on fait référence à la bactérie Deinococcus radiodurans, bactérie qui est d’ailleurs à l’honneur au début du film « le jour où la Terre s’arrêta ». Un lien à faire avec l’expérience Tanpopo ?

http://www.centauri-dreams.org/?p=1852

Cette altérité que l’on recherche, n’est-elle pas consubstantielle à notre être? Fermons les yeux et méditons. Parmi les programmes embarqués dans notre corps, n’y en a t’il pas un de spécifique destiner à entretenir un/le dialogue?

 http://fr.wikipedia.org/wiki/Enrico_Fermi

Citation:

Avec le début de la Seconde Guerre mondiale, Fermi émigre aux États-Unis le 2 janvier 1939 avec toute sa famille et enseigne à Columbia avec son collègue Leó Szilárd. Ils travaillent ensuite ensemble à l’université de Chicago à l’élaboration d’une pile atomique, le premier réacteur nucléaire. Le 2 décembre 1942 est obtenue la première réaction en chaîne contrôlée de fission. Il travaille ensuite au Laboratoire national de Los Alamos jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale au sein du projet Manhattan. Il sera fait citoyen américain en 1945 en récompense de ses travaux sur la bombe atomique.

Je me demande si Fermi n’aurait pas eu accès à certaines informations de première main, par exemple datant de 1947 ?

[1] Emil John (Jan) Konopinski

http://en.wikipedia.org/wiki/Emil_Konopinski

Citation:

Emil John (Jan) Konopinski (December 25, 1911 in Michigan City, Indiana – May 26, 1990 in Bloomington, Indiana) was an American nuclear scientist[1] of Polish origin. His parents were Joseph and Sophia Sniegowska

.
He was a professor of physics at Indiana University. During WW II he collaborated with Enrico Fermi on the first nuclear reactor at the University of Chicago. He also joined the Manhattan Project to develop the first nuclear weapon (atomic bomb).
He, together with C. Marvin and Edward Teller, showed that a thermonuclear explosion would not ignite the atmosphere and thereby destroy the earth

[2] Edward Teller

http://fr.wikipedia.org/wiki/Edward_Teller

Citation:

Edward Teller (nom original hongrois Teller Ede) (né le 15 janvier 1908 à Budapest et décédé le 9 septembre 2003 à Stanford) est un physicien nucléaire hongro-américain.


Il est connu proverbialement comme le père de la bombe à hydrogène et un fervent défenseur de cette arme, à l’encontre de plusieurs scientifiques ayant travaillé avec lui sur le Projet Manhattan (notamment Robert Oppenheimer). Cela entraîna une profonde rupture entre lui et le reste du monde scientifique, à tel point qu’Isidor Isaac Rabi déclare : « Le monde serait meilleur sans Edward Teller ».

[3] Herbert Frank York

http://en.wikipedia.org/wiki/Herbert_York

Citation:

Herbert Frank York (born 24 November 1921) is an American nuclear physicist. He has held numerous United States government research and administrative positions and various educational institutes.

[4] A ce titre la remarque de Kenneth Bainbridge, responsable des essais, après l’explosion de la première bombe nucléaire, est particulièrement pertinente. Si Teller, dans son délire de puissance citera une phrase du Bhagavad-Gita « Maintenant je suis Shiva, le destructeur des mondes », Bainbridge répondra :

Citation:

« À partir de maintenant, nous sommes tous des fils de putes »

Aujourd’hui, le site de l’explosion expérimentale est marqué par un monolithe conique noir de silice, résultat de la fusion du sable sous l’effet de la chaleur provoquée par l’explosion.


http://cgi.ebay.fr/lot-de-Trinitite-tectite-de-bonbe-atomique-(15-grs–72)_W0QQitemZ370193664975QQcmdZViewItemQQimsxZ20090429?IMSfp=TL0904291210001r8979

[5] Kolmogorov, un mathématicien qui a commencé à s’intéresser à la logique intuitionniste !

http://web.archive.org/web/20111101224858/http://www.bibmath.net/bios/index.php3?action=affiche&quoi=kolmogorov
http://fr.wikipedia.org/wiki/Kolmogorov

Il a d’abord travaillé sur la logique intuitionniste et les séries de Fourier. Il a aussi étudié la turbulence et la mécanique classique. Il fut un des fondateurs de la théorie de la complexité algorithmique.

[6] Le résumé de l’article/ traduction approximative :

« La complexité de Kolmogorov, le programme d’information, la panspermie et le paradoxe de Fermi.

Les programmes plutôt que les fichiers de données peuvent être à la fois un mode de transmission des signaux intelligents et de voyage de la vie extraterrestre. La complexité de Kolmogorov, c’est-à-dire la longueur minimale d’un programme codé en binaire définissant complètement un système, peut alors, compte tenu de son universalité, devenir un concept clé dans la stratégie de la recherche d’extraterrestres. Evaluant, à titre d’illustration, la complexité de Kolmogorov du génome humain, on arrive à la conclusion inattendue qu’un programme compressé de faible complexité – analogue à l’arche de Noé – sera capable de recréer la totalité de la vie terrestre. La prise en compte de programmes de complexité variable jusqu’aux séquences incompressibles de Martin-Löf[8], demandera une stratégie différente en ce qui concerne l’analyse des signaux cosmiques. Le paradoxe de Fermi « Où sont-ils ? peut-être vu à la lumière de la panspermie de l’information, c’est-à-dire un univers plein de flots de vie voyageurs. »

[7] Conférence de Craig Venture.

Je vous suggère aussi d’aller jusqu’au bout de la conférence, aux questions réponses et vous verrez qu’il y a des liens avec la présente actualité et notamment des histoires de grippe.

http://plos.cnpg.com/lsca/webinar/venter/20070306/index.html
http://blog.longnow.org/2008/02/26/craig-venter-joining-35-billion-years-of-microbial-invention/

[8] Per Martin-Löf

http://fr.wikipedia.org/wiki/Per_Martin-L%C3%B6f


Per Martin-Löf est un logicien, philosophe et mathématicien suédois né en 1942. Il est connu pour avoir développé la théorie des types intuitionnistes comme base constructive des mathématiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *