Planètes extra-solaires : la traque s’accélère

Sept nouveaux mondes, peut-étre un système planétaire similaire au nôtre, et une planète de 13 milliards d’années : la chasse aux autres planètes du cosmos bat son plein. Avec, dès 2006, une nouvelle impulsion gràce au satellite français Corot…Un système planétaire sosie du nôtre ?

En trois semaines, une dizaine de nouvelles planètes ont été inscrites au palmarès. Au point que le nombre de systèmes planétaires – simples ou multiples – connus dans la Voie lactée s’élève désormais à  102. Ils abritent un total de 117 planètes. Surtout, le mouvement va crescendo et s’accélère. Autre résultat : l’équipe de Geoffrey Marcy, de l’université de Californie-Berkeley, et Hugh Jones, de l’université John Moores de Liverpool, aurait mis le doigt sur un système planétaire similaire au nôtre à  90 années-lumière de distance dans la constellation de la Poupe.Détecté avec le télescope anglo-australien de 4 mètres de Nouvelle-Galles-du-Sud, ce système planétaire est centré sur une étoile sosie du Soleil : HD 70642. Autour, une planète de deux fois la masse de Jupiter boucle une révolution en décrivant une trajectoire circulaire à  trois fois l’équivalent de la distance Terre-Soleil par rapport à  son étoile-mère. Autrement dit, l’objet se trouverait à  mi-chemin entre Mars et Jupiter dans notre propre recoin d’Univers près du Soleil.

La doyenne des planètes Le coup de semonce suivant dans le ciel de l’été est venu du télescope spatial Hubble. Au coeur de l’amas globulaire M 4 du Scorpion réside la plus ancienne des planètes connues : une doyenne àgée de près de 13 milliards d’années, alors que le Soleil et ses voisines accusent 4,5 milliards d’années seulement. L’objet tourne autour d’un couple particulier d’étoiles épuisées – le pulsar PSR B1620-26, résidu d’une explosion de supernova, et une naine blanche – à  5 600 années-lumière de chez nous. Un astre qui révèle combien les planètes ont pu se former tôt et en nombre dans l’histoire de l’Univers…Corot : sur la piste des autres Terres Le satellite Corot sera lancé en 2006 par le Cnes. Il étudiera les vibrations des étoiles afin de débusquer les premières terres extra-solaires Nombreuses et variées, les planètes extra-solaires continuent d’alimenter la curiosité. Elles entrent méme dans le domaine public et chacun commence à  se les approprier : les mondes extra-solaires ont fait leur entrée cette année comme sujet du concours de l’agrégation de sciences physiques auquel postulent les enseignants français.Mais la prochaine révolution en ce domaine privilégié de l’exploration reste à  venir. Elle ne proviendra plus des puissants détecteurs terrestres qui, malgré les efforts déployés, atteignent vite leurs limites de sensibilité. Non, pour aller plus loin désormais, il faudra prendre de la hauteur et s’affranchir de la nuisance de la turbulence de l’atmosphère terrestre.Le premier télescope spatial à  traquer les planètes extra-solaires de la taille de la Terre, Corot, sera français… et lancé en 2006 par une fusée Soyouz ou Eurockot Comment fonctionnera le satellite Corot ?

Magali Deleuil, laboratoire d’astrophysique de Marseille… La construction du satellite Corot a été confiée à  Alcatel Espace par le Centre national d’études spatiales (Cnes) au terme d’un contrat annoncé le 22 juillet dernier. Il étudiera la structure interne des étoiles en surveillant les infimes variations de luminosité des astres, témoin de ce qui se trame dans leurs entrailles. En prime, les fluctuations d’éclat attachées à  une étoile révéleront la présence de planètes extra-solaires. En outre, Corot aura les capacités de débusquer la signature de planètes telluriques – dotées d’une croûte solide en silicates – par opposition à  la centaine de géantes gazeuses décelées autour d’étoiles proches depuis 1995. Un premier pas très attendu vers la détection de mondes susceptibles d’accueillir la vie.

Info Cité Sciences. Sondage Info Sciences

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *