Pollution des océans

Les cinq océans – Atlantique, Indien, Pacifique, Glacial Arctique et Glacial Antarctique – couvrent 361 millions de km2 sur les 510 millions de km2 de la surface du globe, soit 70,8 %. Leurs 1 300 milliards de km3 d’eau salée représentent à ce jour la plus grande machine à laver les déchets produits par l’humanité. La pollution des milieux océaniques est certainement un des aspects les plus dramatiques de l’altération de l’environnement. Principal moteur du cycle du carbone, composant essentiel de la vie, l’océan a des problèmes. Simplement parce que l’homme a préjugé de son immense pouvoir régénérateur. Ratissage méthodique des grands fonds, course au gigantisme des unités de pêche dont les filets géants piègent sans discernement tout ce qu’ils rencontrent… partout la mer est vidée de ses occupants. En 30 ans, la production annuelle de la pêche dans le monde est passée de 45 à près de 100 millions de tonnes. Un tiers de ces prises, sans valeur commerciale, est rejeté et pourrit ventre à l’air, à la surface de l’eau. Aujourd’hui, nombres d’espèces sont en voie d’extinction. Non content de subir une pêche outrancière, l’océan doit ingurgiter chaque jour d’énormes quantités de substances toxiques produites par l’humanité. Si impressionnantes et dévastatrices qu’elles soient localement, les marées noires paraissent presque négligeables aux vues des 3 à 4 millions de tonnes d’hydrocarbures donnés à digérer chaque année aux océans.

Eaux usées, déchets industriels, agricoles, ménagers, phosphates, nitrates… tous sont évacués directement dans la mer, qui lentement étouffe et s’asphyxie. Rien d’étonnant si l’océan a mal à ses eaux. Et sa mauvaise santé met en danger la survie, à terme, de l’humanité. Info du site Ushuaia Chaque année, des milliers de tonnes de pétrole brut s’écoulent dans la mer en provenance des navires. Les conséquences sur l’écosystème marin sont dramatiques : lors du naufrage de l’Amoco Cadiz sur les cà´tes de la Manche en 1978, des centaines de kilomètres de rivage ont été recouverts de pétrole et des milliers de cadavres d’animaux englués ont été ramassés. EAUX DE BAIGNADE Bactéries et champignons microscopiques contenus dans les eaux usées sont parfois directement rejetés à la mer. Ces organismes peuvent contaminer les baigneurs qui se trouvent à proximité des égouts et provoquer des angines ou gastro-entérites. Respectez les zones de baignade interdites et préférez les villes « Pavillon Bleu d’Europe » garantissant un environnement général supérieur et des eaux de baignade de haute qualité Erreur fatale Un sac plastique qui vogue sur la mer, cela ressemble à une méduse. C’est du moins ce que croient les tortues marines et cétacés qui avalent ces fausses méduses. L’animal meurt d’occlusion intestinale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *