Pourquoi a-t-on peur de la mondialisation ?

Les réunions ministérielles de l’OMC (Organisation mondiale du commerce) constituent toujours une nouvelle occasion pour les altermondialistes de se rassembler afin de manifester contre ce qu’ils dénoncent sous le vocable de « mondialisation néolibérale ». L’étiquette qu’ils adoptent maintenant – celle d’altermondialistes – est peut-étre significative d’une évolution: au lieu de s’opposer totalement à  la mondialisation, ils préfèrent réclamer une « autre mondialisation », c’est-à -dire une mondialisation plus « solidaire » et mieux « régulée » par les Etats, de manière à  éviter les prétendus désordres d’une économie totalement laissée aux « forces du marché ».

Ainsi présentée, l’opposition à  la mondialisation paraît probablement plus acceptable à  de larges secteurs de l’opinion publique, comme en témoigne d’ailleurs l’attention bienveillante des médias et du public, ainsi que l’étonnante mansuétude des autorités publiques à  l’égard d’un José Bové.

Mais pourquoi la mondialisation fait-elle ainsi peur, pourquoi suscite-t-elle autant de passions et tient-elle une telle place dans le débat politique? Elle ne représente pourtant que cette extraordinaire opportunité offerte à  tous les habitants de la planète d’échanger toutes sortes de biens, de services, de capitaux, d’informations sans avoir à  se préoccuper de l’existence des frontières.

A notre époque, les progrès technologiques dans les communications et les télécommunications ont permis de rapprocher producteurs et consommateurs. Simultanément, l’affaiblissement des barrières institutionnelles à  l’échange auquel – il faut le reconnaître – l’OMC et son prédécesseur, le Gatt, ont contribué a accéléré cette évolution.

Si la mondialisation est bénéfique, c’est pour une raison bien simple: elle signifie l’extension de la concurrence aux producteurs du monde entier. Or, dire qu’il y a concurrence sur un marché, c’est dire que tout producteur a le droit d’y entrer librement. Il en résulte naturellement que chaque producteur est incité à  faire mieux que les autres, c’est-à -dire à  proposer des produits et services moins coûteux et mieux adaptés aux besoins de ses acheteurs.

C’est pourquoi, comme l’a souvent écrit Friedrich Hayek, la concurrence est « un processus de découverte ». Elle est un facteur essentiel de l’innovation et du progrès économique. Lorsqu’un Etat établit des obstacles fiscaux ou réglementaires à  la liberté des échanges internationaux – ce qui est bien souvent le cas, car la mondialisation est loin d’étre parfaite -, il impose aux consommateurs de son pays d’acheter les biens et services qu’ils désirent à  un prix plus élevé et il réduit donc leur niveau de vie. Mais, en outre, il détruit cet élément essentiel qu’apporte la concurrence, à  savoir la transmission du savoir.

En effet, dans le cas où la liberté des échanges est préservée, le producteur national qui subit soudain la concurrence de producteurs étrangers découvre par là  méme qu’il est possible de produire mieux et moins cher, et il est donc incité à  rechercher de nouveaux produits et de nouveaux processus de production. Il ne faut pas l’oublier: contrairement à  l’idée dominante selon laquelle il faut encourager les exportations et se protéger des importations, ce sont ces dernières qui sont en réalité désirées par les acheteurs. Dans tout échange, ce que l’on achète (ce que l’on importe) a plus de valeur que ce que l’on vend (ce que l’on exporte), sinon l’échange n’aurait pas lieu.

Intéréts trop diffus

Les avantages de la mondialisation pour les consommateurs sont évidents et il peut donc sembler étrange de n’avoir pas vu apparaître un vaste mouvement d’opinion favorable à  cette mondialisation et infiniment plus puissant que ne l’est celui des altermondialistes. Car, après tout, nous sommes tous des consommateurs. Mais c’est peut-étre de là , précisément, que vient le problème. Les intéréts en cause sont tellement diffus et généraux (ils concernent toutes les activités et tous les individus), ils sont souvent tellement difficiles à  imaginer que personne ne trouve intérét à  s’organiser afin de défendre des intéréts aussi multiformes.

En revanche, les altermondialistes, comme tous les défenseurs d’un quelconque protectionnisme, défendent des intéréts très précis. Ce qui ne les empéche pas – oh! paradoxe – de prétendre défendre un intérét national ou un intérét collectif. Et c’est exactement pour ces mémes raisons que le monde politique écoute d’une oreille favorable les thèses altermondialistes. La politique étant le lieu de confrontation des intéréts organisés, les hommes politiques cherchent à  accorder des privilèges spécifiques et aisément identifiables par leurs bénéficiaires, quel qu’en soit le coût plus ou moins méconnu.

Ce qui s’oppose en réalité, c’est une vision partielle et statique – celle des altermondialistes et autres protectionnistes – et une vision d’ensemble et dynamique – celle des libre-échangistes. Les premiers se préoccupent uniquement de la répartition des richesses, soit en demandant la protection de certains producteurs, soit en prélevant sur certains pour donner aux autres au nom de la solidarité et de la régulation économique.

Mais ils semblent ignorer que les avantages accordés aux uns représentent nécessairement des coûts pour les autres. Ils ignorent que, ce faisant, ils portent atteinte à  tout un système d’incitations productives individuelles et ils mettent ainsi le futur en péril. Ils donnent la priorité à  la répartition des ressources existantes et non à  la création de nouvelles richesses.

Pour les altermondialistes, la concurrence internationale ne peut fonctionner qu’entre égaux. Elle aggraverait les écarts entre riches et pauvres, faibles et puissants. Il faudrait donc ou bien l’empécher, ou bien corriger les inégalités qui résulteraient de la mondialisation.

Cette idée est radicalement fausse puisque l’échange naît précisément du fait que les individus sont différents et puisque l’échange libre présente cette caractéristique extraordinaire d’étre profitable à  tous les échangistes, riches ou pauvres, salariés ou titulaires de profits, préteurs ou emprunteurs.

Pourtant, cette idée inspire implicitement beaucoup d’esprits. C’est elle qui fait préférer la construction d’espaces régionaux au libre-échange mondial. C’est elle aussi qui a rendu difficile l’adhésion des pays anciennement communistes à  l’Union européenne, alors que, le lendemain méme de la chute du mur de Berlin, on aurait dû ouvrir toutes grandes les frontières avec ces pays.

« Les altermondialistes sont parfaitement incohérents lorsqu’ils prétendent défendre les plus pauvres et qu’ils s’opposent en méme temps à  la mondialisation. Comment expliquer leur attitude? Lorsque des gens défendent une position qui est manifestement erronée, il ne peut y avoir que deux explications: ou bien ils sont ignorants, ou bien ils ont un intérét spécifique à  défendre.  »

Les restrictions apportées à  la mondialisation s’inspirent en fait de préoccupations quelque peu contradictoires. Dans les pays les plus développés, on s’inquiète de la concurrence de pays où la main-d’oeuvre est moins coûteuse; dans les pays moins développés, on craint que leur faible développement économique ne leur permette pas de soutenir la concurrence de pays plus développés sur le plan technologique.

En fait, ces craintes sont vaines. Dans la mesure où tous gagnent au développement de l’échange libre.

Et l’on peut méme dire que ce sont les plus pauvres qui ont le plus à  gagner de la mondialisation.

En effet, les pays pauvres sont en général des pays où la production est peu diversifiée et technologiquement peu développée. L’échange international permet donc à  leurs habitants de se procurer à  bas prix une variété immense de produits et de services qu’ils ne pourraient pas, sinon, obtenir, si ce n’est à  un coût exorbitant pour eux.

Il suffit d’ailleurs de regarder le monde pour se convaincre que la mondialisation est source de richesse pour les plus pauvres: c’est en faisant le choix de l’ouverture que des pays très pauvres au départ – comme Taïwan – ont pu se propulser en haut de l’échelle des revenus, alors que la stagnation caractérise des pays fermés comme la Corée du Nord.

Les altermondialistes sont donc parfaitement incohérents lorsqu’ils prétendent défendre les plus pauvres et qu’ils s’opposent en méme temps à  la mondialisation.

Comment expliquer leur attitude ? Lorsque des gens défendent une position qui est manifestement erronée, il ne peut y avoir que deux explications: ou bien ils sont ignorants, ou bien ils ont un intérét spécifique à  défendre (ces deux raisons pouvant d’ailleurs coexister).

Que les altermondialistes soient ignorants, ce devrait étre une évidence. Ils n’ont pas compris le principe de l’échange – d’après lequel les deux partenaires d’un échange sont gagnants – qui est l’un des principes les plus universels et les plus éternels. Ils n’arrivent pas à  comprendre les processus de régulation extrémement subtils et évolutifs d’une économie libre et ils préfèrent s’en remettre à  des processus de décision centralisés dont les échecs de la planification ont pourtant montré l’inanité.

Intéréts plus ou moins masqués

Mais les altermondialistes ont aussi des intéréts, plus ou moins masqués, à  défendre.

Leur opposition à  la mondialisation est la conséquence d’un besoin de recyclage pour des hommes et des femmes qui ont perdu leur fonds de commerce idéologique avec la faillite du communisme.

Leur véritable motivation reste celle de prédateurs qui cherchent non pas à  créer des richesses, mais à  bénéficier d’une part aussi grande que possible des richesses créées par autrui.

On comprend alors que certains aient intérét à  défendre l’idée – au besoin par des manifestations violentes – que la libre concurrence conduit à  l’exploitation des uns par les autres.

S’ils arrivent à  faire admettre cette thèse – et il faut croire qu’ils y sont bien arrivés puisqu’elle est acceptée par de nombreuses personnalités de droite aussi bien que de gauche -, ils ouvrent par là  méme un espace à  l’action politique. Ils font donc en sorte qu’une partie des ressources dont disposent les uns et les autres soit en grande partie déterminée par des processus politiques qu’ils ont l’espoir d’influencer ou méme d’arbitrer, et non pas par leurs propres efforts productifs.

La rémunération que recherchent les altermondialistes est une rente, c’est-à -dire un privilège obtenu par l’usage de la contrainte publique. De ce point de vue, la taxe Tobin constitue une parfaite illustration de leurs véritables motivations. Elle consiste à  prélever des ressources considérables sur une catégorie de personnes cataloguées comme « ennemis », à  savoir les intervenants de la finance mondiale, de manière à  financer des activités qui les intéressent.

On comprend alors pourquoi le monde politique regarde les altermondialistes avec bienveillance, car ils sont leurs alliés objectifs dans leur effort perpétuel pour introduire la contrainte publique dans l’univers de la liberté des échanges.

Mais, contrairement au monde du marché qui est un lieu de négociations pacifiques, le monde politique est nécessairement conflictuel car il conduit à  arbitrer entre des intéréts catégoriels incompatibles. C’est d’ailleurs exactement ce que l’on peut constater au sein de l’OMC. Si les négociations commerciales internationales ont pu conduire à  une certaine libéralisation au cours des années récentes, c’est parce que ceux qui réclament l’ouverture des marchés des autres pour leurs produits ont bien été obligés d’accepter l’ouverture de leurs propres marchés.

Mais l’OMC n’en reste pas moins un lieu de rencontre et de confrontation pour les représentants d’Etats qui, par nature, sont tentés d’interférer avec la liberté des échanges. Car, si tous les gouvernants dans le monde étaient vraiment convaincus des bienfaits de l’échange libre, ils auraient pris l’initiative d’ouvrir totalement les marchés de chacun de leurs pays sans avoir à  négocier des accords internationaux. En effet, lorsqu’un Etat limite la liberté d’échanger de ses ressortissants, c’est d’abord à  eux qu’il porte tort, de telle sorte que la libéralisation unilatérale des échanges serait parfaitement justifiée.

Il est donc quelque peu paradoxal que les altermondialistes fassent de l’OMC le symbole méme de la mondialisation capitaliste. Méme si elle peut effectivement contribuer à  la libéralisation des échanges, elle n’en reste pas moins un lieu dans lequel les Etats essaient de « réguler » les marchés. Il n’est alors pas impossible d’imaginer qu’en contrepartie de ses contributions en faveur d’une plus grande liberté des échanges l’OMC soit soumise à  des pressions croissantes pour organiser les marchés, pour « harmoniser » les conditions de production, pour imposer ce que l’on pourrait appeler la mondialisation des règlements et des impôts.

Telle sera, peut-étre, malheureusement, l’autre mondialisation.

source: Pascal Salin, Le Figaro, le 11 septembre 2003.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *