Quiconque pillera la tombe sera maudit par une mort atroce!

Le trésor de Toutankhamon a été trouvé par HOWARD CARTER et LORD CARNARVON en 1914

C’est en pénétrant dans la première pièce du tombeau, après avoir fait retirer les nombreux déblais obstruant le couloir en pente qui y conduisait, que les fouilleurs purent mesurer leur découverte. Il y avait 4 chapelles et 3 sarcophages contenant plus de 2 000 objets, ceux-là ont tous été déblayés en l’espace de 3 ans, et ainsi ils ont été traités.

La momie rescapée était en très mauvais état, et actuellement celle-ci est exposée au musée du Caire.

Cette tombe que Howard Carter et lord Carnarvon avaient découverte, avait déjà été dans un premier temps, exploré par des pilleurs de tombe, la preuve étant l’existence de sac remplis d’or, celui-ci provenant des sarcophages.

Mais les pilleurs ne purent accomplir leur mission car ils ont été surpris .

Hors il n’y a jamais eu de malédiction qui disait : « Qui conque pillera la tombe sera maudit par une mort atroce », malgré tout, d’après les journaux, Howard Carter périra d’une maladie qui le conduisit à la mort, piqué par un moustique mortel dont nous ignorons le nom.

Pourtant d’autres familles de servants engagées pour déblayer la tombe, ont été frappées, eux aussi par la malédiction, les familles en avaient la certitude :

le premier ayant été fauché par un car.

le deuxième, victime d’un accident de voiture mortel.

le troisième décédé d’un cancer alors qu’il le combattait depuis 5 ans etc….

Il a existé 3 autres cas comme les précédents.

Tous ces cas, ne sont que les hasards et destins de la vie de tous les jours et nous ne pouvons prouver qu’il existe un rapport entre ces évènements et la malédiction.

Que tous les hommes, tous les nobles, tous les scribes, tous les hommes de bien, tous les hommes de peu qui (…) feraient quelque chose de mauvais contre ce tombeau éternel en détruisant les statues, en emportant les pierres ou les briques ou les offrandes qui s’y trouvent, qui effaceront les écritures, qui éleveront la voix dans ce lieu vénérable, je leur saisirai le cou comme à une volaille et il y aura jugement contre eux dans les lieux où on juge et ils ne feront plus rien de mauvais contre personne.

Ce type d’inscriptions menaçantes se retrouve souvent sur les parois des tombeaux des hauts dignitaires (pharaons, vizirs, princesses royales,…) de l’ancienne Egypte. Elles étaient destinées à effrayer les pilleurs de tombes nombreux à cette époque. Dérisoire protection. Toutes les tombes ou presque des maîtres de l’Egypte furent violées et leurs trésors emportés. Les pilleurs de tombes étaient souvent de pauvres bougres illetrés qui, de ce fait, ignoraient jusqu’à l’existence même de ces menaces.

L’archéologue anglais Howard Carter connaît bien ces inscriptions mais il n’en a cure. Cela fait des années qu’il tente de découvrir la tombe d’un obscur pharaon de la XVIIIe dynastie : Toutankhamon, le gendre du grand Akhenaton. En novembre 1922, alors qu’il est sur le point de tout abandonner, il découvre enfin avec son mécène et ami Lord Carnavon la tombe du jeune pharaon dans la Vallée des Rois. Les deux hommes mettront la main sur le plus fabuleux trésor archéologique de tous les temps qui ravit encore de nos jours les visiteurs du musée du Caire.

Le 6 avril 1923, Lord Carnavon décède suite à une piqà»re de moustique. Parmi la population locale, la rumeur se répand très vite : Carnavon a été victime de la malédiction du pharaon, celle qui frappe tous ceux qui osent déranger le sommeil éternel des pharaons. La grande égyptologue française Christiane desroches Noblecourt nota même qu’au moment même de la mort du Lord anglais, les lumières du Caire s’éteignirent brutalement et qu’à plusieurs milliers de kilomètres de là , en Angleterre, le chien de Carnavon hurla à la mort. Des journalistes et des spécialistes de l’occulte vont s’emparer alors de l’affaire. Ils découvriront alors que dans les semaines et les mois qui suivirent la découverte du tombeau royal une vingtaine de proches de l’expédition trouvèrent la mort. ils imaginèrent même que les anciens Egyptiens auraient mis au point un système d’ondes tueuses encore capables d’agir après trois mille ans. Après tout, la civilisation égyptienne n’est-elle pas une création extra-terrestre?

Cette bizarre histoire de malédiction du pharaon Toutankhamon trouve encore de nos jours un large écho chez les amateurs de surnaturel et d’archéologie parallèle. Les vieilles superstitions sont encore bien vivaces. Pourtant, il semble bien qu’il n’existe point de mystère occulte dans cette affaire. Dans les années vingt, en Egypte, les conditions d’hygiène étaient douteuses et les infrastuctures de soins de santé encore peu développées. La moindre infection trop lentement ou mal soignée pouvait entraîner des séquelles graves allant jusqu’à la mort. Il ne faut pas chercher plus loin la cause de ces décès qui constituent une suite malheureuse de coïncidences, sans plus. D’ailleurs, pendant les semaines qui suivirent la découverte de la tombe, des centaines de curieux s’y précipitèrent : archéologues, égyptologues, photographes, dessinateurs, ouvriers, nobles locaux et même des têtes couronnées d’Europe (dont la reine Elisabeth de Belgique). Rien de fâcheux ne leur arriva pas plus qu’à howard Carter qui logiquement aurait dû être la première victime de la malédiction car c’est lui qui pénétra en premier dans le tombeau. La revanche du pharaon était-elle à géométrie variable?

Quant à la fameuse inscription qui menaçait de mort ceux qui oseraient déranger la paix éternelle du pharaon, elle n’a même jamais existé dans la tombe de Toutankhamon. Peut-être parce que le règne du jeune pharaon fut de courte durée et que son tombeau fut creusé à la hâte. Comment dès lors expliquer que cette rumeur se soit propagée comme une trainée de poudre ? L’explication du mystère fut donnée en 1980. Richard Adamson, qui était responsable de la sécurité du chantier de fouille de Carter, avoua que cette rumeur de malédiction avait été une pure invention du tandem Carter-Carnavon. Dans quel but? Simplement, celui de faire peur aux candidats voleurs alléchés par le trésor. Richard Adamson put d’ailleurs dormir dans la tombe pendant sept longues années sans que le moindre objet ne disparaisse…

En 1940, l’archéologue Montet découvrit la tombe également inviolée du pharaon Psousennés I. Aucun membre de l’expédition archéologique ne trouva la mort dans des circonstances mystérieuses. Les vieilles malédictions ne sont plus ce qu’elles étaient…

Cette affaire aura sans aucun doute déchainé les passions pendant plus de 80 ans. Mais cela n’enlève en rien la coïncidence et la disparition de plusieurs personnes qui ont mis les pieds dans cette tombe. Est ce que la légende disait quand même vraie ?

sources:

http://andre.maurois.free.fr/toutankamon/his%20de%20touta.htm

http://users.belgacom.net/mleurquin/mal.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *