Rencontre rapprochée en Afghanistan

Bien avant que l’Afghanistan ne soit associé à la «guerre contre le terrorisme, » des choses étranges et mystérieuses se passaient dans le ciel du pays, au point que le Département d’État américain s’est intéressé à la question. Nous parlons d’OVNIS. Nous parlons aussi de fichiers sur la question qui ont été déclassifiés en vertu de la législation sur la liberté de l’information. Le 4 Février 1981, un certain M. Archard – faisant un rapport ) l’ambassade américaine à Islamabad, Pakistan – a préparé un document intitulé: « Rencontres Rapprochées en Afghansitan », c’est un document qui a un thème distinct ovni en lui, mais qui aborde aussi la question  des « OVNIS » comme étant des appareils / technologies secrets de l’ex-Union soviétique. Quelle que soit la vérité, tout a commencé en 1980 et a continué à préoccuper les autorités américaines en 1981.

Rencontre rapprochée en Afghanistant

Archard a écrit: «Je suis convaincu qu’il y a quelque chose dans les rapports des nombreux voyageurs en provenance d’Afghanistan indiquant que l’Armée rouge utilise un type de lumière très puissante, de haute intensité là-bas. La lumière peut être utilisée en relation avec la défense du périmètre et / ou la sécurité des routes. Nous avons entendu et rapporté des récits de ce phénomène depuis septembre, principalement de la part de journalistes et d’aventuriers. Ceux-ci ont décrit des lumières étranges illuminant de grandes parties du ciel afghan – généralement autant ou plus d’un quart – . Les lieux des observations qui nous ont été rapportées sont Ghazni (Août 1980), Nuristan (Sept. 1980) et Khost (janvier 1981) « .

La documentation du département d’Etat continue par ce qui suit: « Les récits ont en commun la luminosité des lumières, les distances à partir de laquelle elles sont discernables, et la taille des zones qu’ils apparaissent éclairer (plus – peut-être beaucoup plus – de 5 miles de diamètre). Les récits diffèrent en ce que certains parlent de faisceaux étroits qui sont comparés au laser ou aux lumières de recherche, comme étant une partie du phénomène. La plupart, cependant, parlent d’un éclairage plus diffus. Les récits diffèrent quant à savoir si les lumières croissent et décroissent lentement, ou atteignent une intensité maximale et s’éteignent instantanément « .

Rencontre rapprochée en Afghanistan

Archard a pris une connaissance aiguë de cet étrange état de choses: «J’étais sceptique sur les histoires qui ont un aspect OVNI, jusqu’à ce que le producteur la NBC Joe DeCola reviennent de Paktia ( Afghanistan ) le mois dernier. J’ai appris à connaître DeCola bien et  à le penser un observateur attentif et précis. Alors qu’il passait près de Khost (Matun) autour du 1er janvier DeCola et son équipe ont vu la lumière.» A l’époque, ils étaient à environ 12 miles au sud de la Garnison de Khost. Quand ils en ont pris conscience, la lumière semblait être à pleine intensité « .

Archard a ajouté que la première impression de DeCola et de son équipe a été que «… ils avaient été pris en charge par un hélicoptère qui était à leur recherche. Il ne bougeait pas, cependant, aucun bruit de moteurs d’aéronef (ou autre) n’était perceptible. Ils ont quitté la zone le plus rapidement possible, mais ils sont sûrs que la lumière est restée visible et stationnaire pendant au moins 20 minutes. L’impression de DeCola était que la lumière était générée par une source aéroportée à une altitude de quelques centaines de pieds. Comme elle ne bougeait pas, et qu’il n’y avait pas de bruit de moteur, il pense qu’elle peut avoir été suspendu à un ballon. Comme d’autres témoins, il rapporte avoir été énervé par l’intensité et l’ampleur des lumières et se demande si elle n’était pas principalement destinée à effrayer les attaquants potentiels « .

Archard demanda à DeCola si lui – DeCola – pensait qu’il soit possible que la lumière ait pu venir de «… quelque chose comme les fusées de magnésium portatives comme celles utilisées par l’armée américaine. Il était tout à fait sûr que non, car il n’y avait pas de mouvement et la durée était beaucoup trop longue. Quant aux fusées éclairantes lancées par des mortiers, il n’y avait pas eu d’explosion et de nouveau pas de dérive « .

Rencontre rapprochée en Afghanistan

Après l’observation de Joe DeCola, Archard a eu le cas suivant début Février 1981: « Une autre histoire plus spécifique est venue le 3 février du Français Dominique Vargas concernant une observation près de Asadabad, Kunar (Afghanistan ), en Septembre. Vargas, un photographe professionnel qui semble avoir un peu de science ainsi qu’un passé militaire, affirme que la lumière qu’il a vu était « plus froide et plus blanche» que celle d’une source de tungstène »qui brûlerait à 3500 degrés Kelvin. À première vue, la lumière éclairait un diamètre minimum de 5 à 10 kilomètres, dans ce qu’il décrit comme une forme hémisphérique parfaite et clairement définie. La durée de l’illumination fut d’environ 15 minutes, la durée de la plus grande intensité fut instantanément avec une durée de deux ou trois minutes. Par la suite, la taille de l’hémisphère éclairé s’est considérablement agrandi, tandis que l’intensité de la lumière diminuait progressivement. Vargas pensait que la source de lumière n’était pas dans l’air, car cela aurait produit une forme plus qu’ hémisphérique. Comme DeCola, Vargas n’a entendu aucun bruit associé à la lumière « .

Archard a signé le texte suivant: « Fait intéressant, un phénomène de lumière de nuit au-dessus de Margalla Hills à Islamabad a été observé par des diplomates et d’autres il y a quelques mois et cela a été rapporté dans la presse. Nous pensons que c’était probablement une lumière en mouvement, le cas classique OVNI, et non liée aux observations en Afghanistan.  »

De véritables OVNIS ? Une sorte d’arme secrète ou de dispositif des Soviets? Quelle que soit la réponse, elle ne se trouve pas dans les dossiers du Département d’État. Toute la question reste inexpliquée.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *