Rousseau

Il y a 250 ans Rousseau écrivit un texte qui serait digne de notre époque, en voici le texte qui démontre sans ambiguité le talent d’un homme d’un autre temps…

Discours sur l’origine de l’inégalité (1755) :
Le premier qui ayant enclos un terrain s’avisa de dire : Ceci est à  moi, et trouva des gens assez simples pour le croire, fut le vrai fondateur de la société civile. Que de crimes, de guerres, de meurtres, que de misères et d’horreurs n’eût point épargnés au genre humain celui qui, arrachant les pieux ou comblant le fossé, eût crié à  ses semblables :  » Gardez vous d’écouter cet imposteur ; vous étes perdus si vous oubliez que les fruits sont à  tous et que la terre n’est à  personne ! » Mais il y a grande apparence qu’alors les choses en étaient déjà  venues au point de ne plus pouvoir durer comme elles étaient : car cette idée de propriété, dépendant de beaucoup d’idées antérieures qui n’ont pu naître que successivement, ne se forma pas tout d’un coup dans l’esprit humain : il fallu faire bien des progrès, acquérir bien de l’industrie et des lumières, les transmettre et les augmenter d’àge en àge, avant que d’arriver à  ce dernier terme de l’état de nature. (…) La métallurgie et l’agriculture furent les deux arts dont l’invention produisit cette grande révolution. Pour le poète, c’et l’or et l’argent, mais pour le philosophe ce sont le fer et le blé qui ont civilisé les hommes, et perdu le genre humain.

Pour tout savoir sur Jean Jacques Rousseau, c’est par ici :

http://rousseau.unige.ch/index2.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *