Rubrique Survie No.1: EAU

EauEauSurvieL’eau, un élément essentiel à  la vie qui intrigue encore les scientifiques.

Aussi étrange que cela paraisse, l’eau est encore un mystère pour les scientifiques. Par exemple ce simple fait que peu connaisse : La température d’ébullition de l’eau n’est pas constante ! La température d’ébullition de l’eau par exemple diminue quand la pression diminue. En haute montagne par exemple, on dit qu’il est quasi impossible de cuire un simple œuf dur ! Autre particularité, la température de fusion de l’eau sous forme de glace diminue quand la pression augmente ! En d’autres termes, la compression de la glace fait fondre celle-ci. Vous écraser la glace avec votre patin et la lame glisse sur le filet d’eau devenu liquide… Nous n’entrerons pas dans le sujet des liaisons hydrogène qui risque d’endormir certains de nos lecteurs ! Mais les lecteurs trouveront à  ce lien passionnant

( http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/doseau/decouv/proprie/liaisonHydro.html ) des informations sur les liaisons d’hydrogène qui sont essentielles pour comprendre le comportement très variable de l’eau. Mais revenons au vif du sujet : l’importance de l’eau dans la survie. Laissons la parole ou plutôt la plume à  Dreamon.

Les webmestres Québec, 12 septembre 2005

Rubrique Survie No.1: L’EAU
Posteur: DREAMON

 

On associe souvent la naissance de la vie avec la présence d’eau.

OiseauEauSurvieGENERALITES

  • 60% du corps humain est composé d’eau.
  • Une personne ne peut vivre plus de 7 jours sans eau.
  • 1 milliard de personnes font des marches de 3 heures par jour pour trouver de l’eau.

  • Plus de 10 millions de personnes meurent chaque année de maladies en relation avec l’eau.

PHYSIOLOGIE

Il faut penser à  la déshydratation lorsque apparaissent :

  • une diminution de la sudation.
  • des cernes.

  • lourdeur des jambes.

  • difficulté à  s’exprimer.

  • une hypotension (parfois malaise au lever).

  • une sécheresse buccale.

  • une accélération du pouls.

  • une augmentation de la soif.

  • une fièvre.

  • une torpeur.

  • des obnubilations.

  • des étourdissements.

  • une constipation.

  • des infections urinaires.

  • une diminution de la tension artérielle.

  • une température corporelle qui s’élève.

  • une réduction de la performance physique.

  • si le pli cutané persiste quand on pince la peau.

Le coma peut succéder à  la torpeur, suivi de la mort…

LES BESOINS JOURNALIERS EN EAU

  • 2 litres pour la consommation (jusqu’à  6 litres en milieu désertique).
  • 2 litres pour l’hygiène et la cuisine.

LES INDICATEURS DE PRESENCE D’EAU

Les animaux :

  • Les mammifères : les ruminants restent en général près d’une source d’eau.
  • Les carnivores n’ont pas autant besoin d’eau.

  • Les oiseaux : les pigeons, étourneaux et granivores ne sont jamais loin d’une source d’eau. Ils boivent à  l’aube et au crépuscule. Quand ils volent en bas et en ligne droite, ils vont vers l’eau.

  • Les oiseaux de proie, comme les mammifères carnivores ne sont pas des indicateurs car ils recueillent le sang de leurs proies.

  • Les reptiles ne sont pas des indicateurs, ils recueillent l’eau de la rosée et de leur proie.

  • Les insectes :

  • les abeilles ont un point d’eau à  6500 mètres maximum.

  • Des fourmis en procession se dirigent souvent vers un petit point d’eau (flaque).

  • La plupart des mouches restent à  90 mètres d’un point d’eau.

Les plantes :

  • Les plantes peuvent creuser jusqu’à  15 mètres pour aller chercher de l’eau.

Un saule pleureur se tient toujours près d’un point d’eau.

OU TROUVER DE L’EAU DANS LA NATURE?

Dans tous les cas, l’eau récupérée dans les rivières, les marais devra étre filtrée et purifiée (voir plus loin).

MILIEU TEMPERE (forét, …)

  • La pluie : la récupérer dans divers récipient (sac plastique, préservatif, grande feuille pliée en godet, chaussure,…)
  • Les rivières et cours d’eau :

  • prendre de préférence l’eau au milieu de la rivière (là  ou l’eau courre le plus).

  • faire un puit situé à  environ 2-3 mètres du bord d’une rivière, creuser sur 1 mètre. L’eau trouvée aura été filtrée par le sol.

  • La rosée : Au matin, faire traîner des vétements dans l’herbe, sucer les vétements. Méthode frustre, mais qui fonctionne.

  • Les marais : récupérer l’eau.

  • La condensation (alambic solaire) l’eau en utilisant les différences de températures entre la nuit et le jour. Ce système pompera l’eau du sol (voir figure 1):

1) Creuser un trou dans le sol (90cm de large, 45cm de profondeur), poser le récipient au fond.

2) Déposer un sac poubelle en plastique coupé en deux couvrant l’ensemble du trou.

3) Poser une pierre au milieu de manière à  ce que le plastique soit plus bas au centre que sur les cotés.

4) Si l’on a une tube en plastique, mettre le tube en plastique dans le godet et faire sortir l’extrémité à  l’extérieur, sous le plastique pour pouvoir boire sans défaire l’installation.

 

Figure1EauSurvie

Figure 1.

  • Les plantes :

On peut récupérer l’eau des plantes (attention à  ne pas prendre de feuille de laurier rose (plante très commune dans le bassin méditerranéen qui est mortelle).

  • Enfermez hermétiquement une branche très feuillue dans un sac plastique.
  • Qu’une pointe du sac plastique soit plus base que les feuilles de manière à  récupérer l’eau que suintera la plante.

Il est aussi possible de remplir une bouteille de plastique de feuilles d’arbre, et de boucher la bouteille.

Pour traiter de plus grande quantité de plante :

  • Choisir une plante très feuillue et basse.
  • Creuser une rigole tout autour.

  • Couvrir le fond de la rigole avec du plastique.

  • Couvrir la plante avec du plastique en faisant attention que le plastique ne soit pas en contact avec les feuilles (méme en hauteur). La condensation amènera l’eau de la plante dans la rigole.

Certaines plantes sont connues pour contenir ou recueillir de l’eau :

  • L’arbre des voyageur (Ravinala) présent dans les milieux tropicaux:
    L’eau est contenue à  la racine des feuilles, près du tronc.

ArbreVoyageurSurvie

Arbre des voyageurs (Ravinala).

  • Les cactus
  • certaines fleurs en forme de sac.

Et en général : toute plante à  large feuille et grosse tige en creux qui recueille et stocke l’eau près du tronc.

MILIEU MONTAGNEUX

La neige doit étre fondue avant d’étre absorbée car l’action, par un corps humain, de faire fondre la neige dans l’organisme est très dépensière en énergie (chaleur).

MILIEU DESERTIQUE. Le pire milieu.

  • Certains déserts ne voient pas de pluies pendant des années.
  • Si présence de cactus, en sucer la moelle.

  • L’unique méthode est celle de l’alambic solaire (voir plus haut). Particulièrement productive dans les déserts, du fait des grandes différences entre la température diurne et la température nocturne.

  • Le métal aussi permet de récupérer des gouttes de condensation.

  • Certaines personnes disent que dans certains déserts, de l’eau pourrait étre trouvé au pied de dunes (information sujette à  caution).

  • Couvrez-vous, de manière à  garder l’humidité de votre corps et éviter ainsi son évaporation.

 

EauDesertNamibieSurvie

Une source d’eau dans le Désert de Namibie.

MILIEU JUNGLE

Certaines lianes sont de véritables robinets d’eau :

1) Entailler la liane le plus haut possible.

2) Puis trancher la liane le plus bas possible.

3) L’eau s’écoulera : avant d’absorber l’eau, vérifier que celle-ci est claire, non poisseuse et non amère.

4) Puis couper la liane plus haut et recommencer jusqu’à  l’entaille.

 

LianeEauSurvie

Des voyageurs se désaltèrent en Amazonie gràce à  une liane à  eau.

MILIEU : Ile déserte sans eau douce

Utiliser les méthodes avec les plantes (voir plus haut).

  • Il est possible de dé-saliniser l’eau de mer en faisant bouillir de l’eau de mer dans un récipient et en placant un cône inversé (sac plastique ou métal, large feuille) au dessus du récipient. L’eau en bouillant de transformera en vapeur non-salée qui se condensera sur le sac plastique. Récupérer les gouttes qui se condensent.
  • Il est possible de tenir un chiffon au dessus du contenant d’eau salée, de recueillir l’eau évaporée et de sucer le chiffon.

 

Figure2EauSurvie

Figure 2.

  • Si vous avez l’équipement, vous pouvez élaborer un véritable alambic de distillation en fermant le cône sur le récipient d’eau salée, en en faisant sortir un tube que vous amenez vers un autre récipient.

FILTRATION DE L’EAU

  • La filtration permet de ne pas avaler d’insectes, de poussières et d’impuretés.

Filtres de fortunes :

  • Les chaussettes roulées sur elles-mémes, insérées dans une bouteille de plastique. Entre deux chaussettes, on peut placer du charbon de bois concassé, des herbes sèches.
  • Un mini filtre peut étre réalisé en utilisant un boîtier noir cylindrique de film et des bouchons de bouteilles de plastique :

1) Faire un trou ni trop gros ni trop petit au fond du boîtier du film.

2) Faire des trous dans un bouchon de bouteille et le mettre au fond.

3) Placer du coton, du tissu, du charbon de bois dans le boîtier, sur le bouchon du fond.

4) Filtrer et utiliser un autre bouchon pour appuyer sur le filtre pour recueillir les dernières gouttes.

 

Figure3EauSurvie

Figure 3.

  • A noter que le filtre à  café filtre toute impureté inférieure à  15 microns.

PURIFICATION DE L’EAU

Obligatoire dans la plupart des cas : permet de ne pas tomber malade du fait des bactéries, virus, et parasites contenus dans l’eau.

MOYEN SIMPLE :

  • Faire bouillir l’eau à  gros bouillon pendant 10 minutes (15 minutes en altitude) est le moyen le plus sûr de purifier l’eau. Seule méthode qui assure 100% de destruction des virus, bactéries et parasites. Mais l’eau a un goût désagréable.

MOYENS CHIMIQUES et MECANIQUES:

  • L’eau de javel (4 gouttes par litre) purifie l’eau des bactéries et des virus, mais pas des parasites. Délai d’action : 1 heure. Le mauvais goût peut étre atténué en laissant l’eau reposer à  l’air ou en versant et reversant l’eau dans des gobelets pour l’aérer. On peut se faire des doses de javel en prenant des grosses pailles style « Mac Do » en les coupant sur 4cm, en boucher un bout avec de la colle à  base de silicone blanche, laisser sécher, faire couler 4 gouttes de javel, et reboucher avec la méme colle.
  • Des pastilles au chlore permettent de « faire » de l’eau de javel en grande quantité à  partir de n’importe quelle eau. En avoir sans sa trousse de survie. Attention l’eau de javel est mauvaise pour l’équilibre du milieu aquatique naturel.

  • Les comprimés de type « micropur » (à  base d’iode d’argent) trouvables dans les pharmacies et les magasins de randonneurs. Supprime les bactéries et plus ou moins les virus, mais pas les parasites. A noter l’excellente période de conservation des comprimés tant qu’ils n’ont pas été mis en contact à  l’air. L’eau purifiée ainsi le reste des mois. Les comprimés micropur classic sont moins puissants, mais se conservent plus longtemps (10ans) que les comprimés micropur Forte (5ans).

  • Les filtres mécaniques (pompes manuelles), à  base de micro filtre à  0.2 micron, trouvables dans les magasin de randonneurs, suppriment les bactéries, virus et les parasites. Ces filtres restent chers (en exemple, compter environ 100€ pour le modèle Mini-ceramic de Katadyn) mais sont très efficaces. Cependant, les filtres doivent étre changés après une période d’utilisation variable en fonction des modèles (exemple : 2 000 / 7 000 / 10 000 litres d’eau filtrés). Ces recharges de filtres coûtent chers : 60% à  70% du prix de l’appareil complet). Bien calculer son besoin en eau avant d’acheter ce type de matériel. Un investissement peut étre souhaitable pour avoir plus de latitude dans la durée.

  • Un nouveau matériel est récemment apparu sur le marché : il est nommé MIOX du fabriquant MSR. Cet appareil, de la taille d’une lampe torche, utilise du sel courant et un peu d’eau douce non traitée. Le tout est électrifié. Le résultat est une saumure d’oxydants mixtes qui détruit virus, bactéries et parasites lorsqu’il est mis dans de l’eau non traitée. Autonomie 200 litres. il a des détracteurs et des fans. Mais c’est un appareil électrique et dans le cas de survie autonome, il est à  noter son format de piles n’est pas du plus courant. Utilise des piles cr123.

  • Pour les américains et canadiens, il existe aussi un appareil électrique fonctionnait aux ultraviolets nommé STERIPEN, équipé d’une lampe à  ultraviolet permettant de nettoyer environ 2 500 litres. Prix indicatif : 150 US$.

  • Un nouvel outil de décontamination existe : la LIFESTRAW (paille de vie). Peu chère (2US$), celle-ci permet de décontaminer l’eau pour environ 750 litres. Les particuliers ne peuvent pas en acheter, l’a société qui la commercialise est focalisée sur les organisations caritatives. Son filtre n’est pas aussi puissant que les filtres de type Katadyn.

CONSEILS DE BASE:

  • Ne pas boire d’eau de mer. Accéleration de la déshydratation.
  • Ne pas boire son urine. Accéleration de la déshydratation.

  • Ne pas manger de la neige, la faire la fondre avant.

  • BOIRE AVANT D’AVOIR SOIF : Lorsque la sensation de soif apparaît, le corps a déjà  franchi le cap d’un début de déshydratation.

  • En cas de naufrage et si des petites réserves d’eau existent, ne pas boire avant 24h pour économiser au maximum l’eau.

  • En cas de pénurie d’eau : boire par petite gorgée, souvent plutôt que beaucoup d’eau d’un coup.

  • Dreamon, membre et collaborateur du Forum Véritas-Europe.

SOURCES pour ce document :

Astuces:

http://www.therangerdigest.com/index.html : Grande source d’astuces de survie.

Livre:

Aventure et survie dans la nature de J. Wiseman.

Matériel:

Purificateur électrique: http://web.archive.org/web/20070703001411/http://www.msrcorp.com/filters/

Filtres purificateur: http://www.katadyn.ch

Purificateur à  ultraviolet:

http://www.campmor.com/webapp/wcs/stores/servlet/ProductDisplay?memberId=12500226&productId=39174031

Informations scientifiques sur l’eau:

http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/doseau/decouv/proprie/8terre.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *