Structures polaires

J’etais tombé sur ce topic du forum ATS. Le membre d’ATS présente une série de photos de structures au pole sud qui peuvent être artificielles ou naturelles ou un bug google. A vous de juger:

Les images qui suivent sont situées à:

66 33 ‘11.58 « S

99 50 ‘17.86 « E

Image de gauche avant le 23 février 2006

Image de droite après le 23 février 2006

Détail:

Les images qui suivent situées à:

66 36 ‘12.58 « S

99 43 ‘12.72 « E

Comme le souligne tauristercus d’ATS le matériaux paraît différent des autres roches. Alors quel est votre avis. Voir le post complet @:

Above Top Secret: Des trous inhabituels en Antarctique

Son post se traduit bien par google. Un lien avec l’Opération Highjump ?

 

Au début de l’année 1946, la situation mondiale semblait stabilisée après les horreurs et les morts de la seconde guerre mondiale. Cependant, il restait encore des Nazis en fuite de part le monde, mais aussi des bases secrètes du III Reich. La base de Neu-Schbenland, sur le territoire allemand du même nom, en antartique existait toujours et des Nazis l’occupait toujours après l’armistice.

Plusieurs missions furent organisées sur ce continent afin d’y déloger les derniers soldats du Reich, sans aucun succés. Les expéditions se sont soldées par beaucoup de morts et une perte de matériel énorme. Plusieurs avions espions ne revinrent jamais du secteur de la base de Neu-Schbenland.

Aussi En 1946, le commandemant allier confia la responsabilité d’une nouvelle et colossale opération à l’amiral Richard Byrd, l’homme le plus expérimenté pour mener cette opération à l’époque. L’Amiral Richard Byrd avait déjà effectué plusieurs vol de reconnaissance au pôle nord et au pôle sud à la fin des années 20 et 30 organisant et participant à plusieurs missions aériennes dans les zone polaires en 1929, 1934 et 1939.

L’Amiral Richard Byrd prépara l’invasion avec des forces spéciales américaines, anglaises et russes (et certainement d’autres nations) : « l’Operation Highjump ».

Une opération militaire mais aussi à but scientifique selon les sources officiels, notament l’étude des pinguins. Le plan d’attaque était d’entrer dans la région opposée de la base de Neu-Schbenland et de traverser tout le territoire Antarctique, dans la direction de l’ objectif final. L’opération militaire conbina des forces terrestres et navales de façon massive :

  • 2 brise glace: le USCGC NORTHWIND et le USS BURTON ISLAND
  • 2 navires citerne: le USS CACAPON et le USS CANISTEO

  • 2 porte-avions: le USS PHILIPPINES SEA et USS CURRITUCK

  • 2 navires cargo de soutien: le USS YANCEY et le USS MERRICK

  • 2 destroyers: le USS HENDERSON et le USS BROWNSON,

  • 1 sous-marin : le USS SENNET

  • 1 navire catapulteur : le USS PINE-ISLAND

  • 6500 hommes américains anglais et sovietiques, etc.

Crash de l’hydravion GEORGE ONE le 29 décembre 1946

Il n’est pas étonant de trouver des navires de guerre pour une expédition scientifique, en effet nombre de ces bateaux après la seconde guerre mondiale furent utilisés pour des expéditions par l’armée US quand il n’étaient pas vendus ou donnés à des organisations ou firmes non-gouvernementales, tranformés alors en navire de transports où autres… La Calypso du Ct Cousteau était un ancien démineur par exemple. Il est à noter que le porte-avions USS PHILIPPINE SEA était neuf.

L’expédition est décrite sur ce site officiel du pôle sud : South-pole.com (en anglais) mais relate uniquement les exploits scientifiques sur le territoire du sud. Officielement il n’y a pas eu de combats contre les Nazis en antartique.

Le résultat fût un fiasco sur toute la ligne. 1500 morts chez les alliers et une perte de matériel énorme. De retour aux USA par le chilie Richard Byrd dira dans une conférence de presse le 5 mars 1947 que « la menace la plus grande vient maintenant du pôle sud car ils ont observés des engins volants pouvant atteindre des vitesses impressionantes ! » Voir armes secretes des nazis

Aux USA il sera difficile de justifier à l’opinion publique et au congrès la mort de millier d’hommes en antartique avec de nouvelles opérations. Aussi le sujet sera clos. Cette opération est pourtant bien connue sous le nom de GUERRE DES PINGUINS, une fois que le gouvernement fédéral indiqua que dans ce territoire il n’ y avait uniquement que des pingouins et qu’ils n’y avait aucun nazis.

Mais le 8 janvier 1956, plusieurs scientifiques chiliens revenant d’une expédition sur le continent observèrent pendant plusieurs heures des objets volants en forme de cigare et de disque dans le ciel de la zone de la mer de Weeddell. La même année 1956, une nouvelle opération militaire sera essayée par les américains : l’Operation Deepfreeze. Le résultat sera encore plus dévastateur pour l’armée US quittera se contentera de missions géographiques et de reconnaissances simples au pôle sud.

Plus tard, l’Afrique du Sud détectera deux explosions nucléaires dans la zone de Neu-Schbenland, une explosion en surface et une autre sousterraine. Les USA ont-ils utilisé la bombe sur Neu-Schbenland ?

http://secretebase.free.fr/complots/nazis/antartique/antartique.htm

On se souvient que les Nazis avaient une fascination pour les pôles. Si comme le suggère l’article sur l’Opération HIGHJUMP, le but était de déloger les Nazis présents, ceux-ci ont dû resister de toutes leurs forces, une position polaire étant dans leurs esprits un gage de nouveau départ. Quand on connait le gout des nazis pour les constructions souterraines, il ne serait pas étonnant qu’ils aient créé des base souterraine, et vu le climat, ce n’est pas la plus mauvaise solution. Une fois les nazis délogés (s’ils ont été), dans un contexte de Guerre Froide, ce reseau de bases a pu être entretenu et développer : comme base arriere mais aussi comme centre de développement d’armes secrètes).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *