Stubby, le héros canin de la Première Guerre Mondiale

Stubby reçoit une décoration faite spécialement pour lui par le général américain Pershing.

La guerre est une horreur est le but de mon article n’est pas de la glorifier. Les guerres ont produit toutes sortes de héros, on parle la plupart du temps des hommes, rarement des animaux. Comme plusieurs lecteurs aiment les animaux et spécialement les chiens, je vais vous présenter un chien qui a eu une vie incroyable digne d’un héros, le « sergent » Stubby. Sans doute le chien le plus cool de l’histoire. L’histoire de Stubby pourrait faire l’objet d’un film tellement elle est romanesque. Au début de son aventure, Stubby est trouvé par John Robert Conroy sur le campus de l’Université  de Yale en 1917.  Conroy qui était militaire du partir en France pour la Première Guerre Mondiale et amena avec lui clandestinement son petit compagnon Bull Terrier.

Conroy ignorait que son ami canin allait par la suite entrer dans la légende de l’histoire militaire. La carrière militaire de Stubby est un exemple de courage et de dévouement pour son unité. Il a servit 18 mois dans les  tranchées du nord de la France avec le 102ème régiment d’infanterie de la 26ème division d’infanterie américaine. En tout, il a participé à 4 offensives et 17 batailles, sa première participation est survenue lors de la très sanglante  Bataille du chemin des Dames le 5 février 1918. Pendant un mois il survit à des bombardements intenses jour et nuit de l’artillerie allemande. Son expérience sur le champ de bataille en fera un chien très futé. Le 20 avril 1918 il est blessé à une patte avant par une grenade allemande et est envoyé en arrière où sa seule présence aide au moral des troupes. Une fois guéri, il repart aussitôt au front. Il est ensuite victime d’une attaque au gaz dont il survit et dont il en tire un avantage, dorénavant avec son odorat habitué à reconnaître l’odeur du gaz moutarde, il peut détecter les attaques au gaz et prévient ainsi à l’avance les soldats américains des attaques sournoises aux gaz. Par deux fois alors que les soldats américains de sa division sont en train de dormir, il détecte à l’avance des attaques par gaz et réveille les soldats en aboyant et en mordant le linge et les bottes des soldats pour les prévenir de mettre leurs masques. Il aurait ainsi sauvé des centaines de soldats de sérieuses blessures.


Stubby couvert de médailles pour ses exploits lors de la Première Guerre Mondiale.

C’est alors que sa légende commence à se forger. Il trouve des soldats blessés dans le « No Man’s Land » (zone de combat dangereuse balayée par le tir des mitrailleuses entre les tranchées). Les soldats américains blessés n’ont qu’à crier le nom de Stubby et celui-ci accourt et aide ainsi à repérer et récupérer les blessés. Avec son ouie développé, Stubby prévient aussi les soldats de l’arrivée des obus ennemis avant même que les soldats n’entendent le cilement caractéristique des obus à l’approche. Stubby faisait le « duck and Cover » et les soldats savaient à l’avance que la tombée d’un obus était imminente. Souvent dans le fracas des batailles de la Première Guerre Mondiale, il est impossible d’entendre le bruit des obus en approche mais Stubby lui savait faire la distinction entre les obus tombant loin ou proche malgré la cacophonie d’une bataille. Parmi ses tâches il fut aussi courrier entre les postes et bien sûr chien de garde pour surveiller des attaques surprises. Mais une grosse part de son boulot était de procurer un peu de bonheur au soldats vivant dans des conditions pénibles. De la zoothérapie avant la lettre.

Un de ses plus gros fait d’armes est qu’il a un jour débusqué et permis la capture d’un espion allemand dans l’Argonne. Lors de cet exploit, Stubby entendis un bruit, c’était un espion allemand qui faisait du dessin de tranchées pour aider son artillerie à bien cibler. L’espion appelle alors Stubby, sans doute pour le tuer mais le futé chien ne répond pas à l’espion l’allemand. Il sait faire la différence entre la langue anglaise et l’allemand! Il jappe donc et fonce sur l’allemand qu’il mord férocement et parvient à le neutraliser. Les soldats américains alertés arrivent et arrêtent l’espion.  Le commandant de la 102ème lui donne une promotion méritée. Il est promu « Sergent Stubby » et devient le premier chien gradé de l’histoire des États-Unis. Son « maître » Conroy fini la guerre seulement avec le grade de caporal, la honte! Battu par son chien! C’est un peu après que des françaises de Château-Thierry lui fabriquent un « uniforme » en chamois sur lequel Stubby peut arborer ses nombreuses médailles et décorations. On raconte que Stubby sauva aussi la vie d’une jeune fille qui se serait fait écraser par une voiture sans son intervention. Le chien aurait foncé dans la jeune fille à un coin de rue de Paris pour lui faire éviter une automobile rapide. Grâce à ce geste il fut populaire aussi parmi les Français.

Mais c’est aux États-Unis qu’il devint un symbole patriotique. Il alla plusieurs fois à la Maison-Blanche et rencontra trois présidents américains  (Wilson, Harding et Coolidge) en personne au cours de sa vie. A la fin de la guerre Stubby retourna aux États-Unis avec Conroy. Les horreurs de la guerre étaient loin et pour lui c’était l’heure de la consécration et des honneurs militaires. Il participa à beaucoup de défilé dans tout le pays (American Legion, etc…). Lorsque Conroy alla à l’Université de Georgetown, Stubby devint la mascotte de l’équipe de football locale, les fameux Hoyas de Georgetown, l’Université ayant le fameux chien comme logo.


Stubby à l’époque où il faisait carrière comme mascotte de l’équipe de Georgetown.

En 1921 le général Blackjack Pershing lui épingla la « Gold Héro Dog’s Medal »  commandé par la Humane Education Society, l’organisation qui a précédé la Humane Society Of The United States. L’armée américaine fut tellement impressionnée par les exploits de Stubby qu’elle créa le K9 Corps, des unités de chiens de combat, unités qui existent encore de nos jours. Ces unités auraient sauvés la vie de milliers de soldats américains par exemple dans la détection de mines et pour prévenir des embuscades.

Stubby mourut en 1927 après une vie bien remplie. Son corps fut donné au Musée Smitsonian et il fut naturalisé avec sa fourrure tandis que ses restes furent incinérés. Présentement Stubby est exposé dans la section consacré à la Première Guerre Mondiale au National Museum of American History (exposition: « The Price of Freedom: Americans at War » exhibit, 2ème planché Est).  Le 11 novembre 2006, Stubby a été encore honoré. Une brique du Walk Of Honor (Chemin de l’Honneur) a été ajouté juste pour lui au au Monument de la Première Guerre Mondiale du Liberty Memorial à Kansas City.

Les médailles et décorations de Stubby:
3 service stripes
Yankee Division YD Patch
Médaille française pour la bataille de Verdun
1st Annual American Legion Convention Medal
New Haven WW1 Veterans Medal
Médaille commémorative de la guerre 1914-1918
St Mihiel Campaign Medal
Wound stripe, remplacé par le Purple Heart en 1932
Médaille de la Bataille de Château-Thierry
6th Annual American Legion Convention
Humane Education Society Gold Medal
Il a aussi été nommé membre à vie de l’American Legion, de la Croix-Rouge et du YMCA

La tunique de Stubby confectionnée par des Françaises.

Sources:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Stubby
http://filatore.blogspot.com/2009/02/historical-landmark-of-month-february.html
http://www.ct.gov/mil/cwp/view.asp?a=1351&q=257892
http://historywired.si.edu/detail.cfm?ID=519

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *