Survivre à une attaque nucléaire – PARTIE 1

 

NucleaireSurvie4Les certitudes quant à la sécurité du public ont disparues suite aux attaques du 11 septembre 2001. Tout est maintenant possible ou presque avec le terrorisme international et certaines nations en quête de l’arme nucléaire. Nous verrons comment faire face aux conséquences apocalyptiques de l’explosion d’une arme nucléaire.

Ma série d’articles sera subdivisé en plusieurs sous-articles pour rendre l’information claire et structurée. Pour commencer je vous présente des conseils du U.S. Department of Homeland Security. Dans le prochain article de cette série sur la survie en contexte de guerre nucléaire vous verrez un tableau beaucoup plus explicatif des astuces pour se débrouiller le mieux possible. Car si vous suivez seulement les informations du site U.S. Department of Homeland Security, il vous manquera beaucoup d’astuces de survie. Je considère cependant que les informations ce site américain sont une bonne base à partir de laquelle je grefferai des informations supplémentaires dans les prochains articles.

 MISE EN SITUATION

 Votre pays est attaqué par une puissance ennemi ou des terroristes. Un ou des engins nucléaires ont explosés et il vous faut composer avec cela pour les prochains mois ou années tout dépendant de l’ampleur de l’attaque.

 PROCÉDURES À SUIVRE EN CAS D’ATTAQUE NUCLÉAIRE OU DE BOMBE SALE SELON LE U.S. DEPARTMENT OF HOMELAND SECURITY

 Le site de la sécurité civile américaine (http://www.ready.gov/nuclear.html) comporte des informations très basiques dont les prochains articles auront pour but de suppléer aux carences. Pour vous dire, dans cette aide aux sinistrés on raconte qu’il faut prévoir de la nourriture pour les petits animaux… Comme si dans une telle situation une des priorités allait à la protection des chiens. C’est un peu comme la dame qui voulait absolument sauver son caniche lors du naufrage du Titanic au mépris de la vie des autres naufragés. On reconnaît bien là la tendance des Américains à protéger leur mode de vie individualiste avec leur petit caniche même si tout leur monde s’écroulait.

Ce qui filtre de cet aide si vous aller sur ce site est que le but du U.S. Department of Homeland Security est avant tout d’éviter les mouvements de population et la panique. C’est très visible par sa valorisation de la pratique du « Shielding » (faire un abri sur place et attendre les secours…). On pourrait même dire que les conseils ci-bas sont inutiles dans le cas de certaines bombes actuelles de haute puissance. Mais ils pourraient servir dans le cas d’attaque terroriste avec une bombe atomique de faible puissance ou une bombe « sale »

NucleaireSurvie3

 

Vous pouvez rendre étanche vos fenêtres et portes avec des bandes de tissus plastifiés et du ruban adhésif. Commencez par mettre des rubans adhésifs dans les coins pour débutez.

 AGIR SUITE À L’EXPLOSION D’UNE ARME NUCLÉAIRE CLASSIQUE

 Les informations suivantes sont tirées du site Internet du U.S. Department of Homeland Security. On recommande dès l’explosion de chercher un abri immédiatement, sous le niveau du sol si possible (cave, sous-sols, métro, tuyaux aqueduc…). Si vous restez à découvert vous risquez d’être heurté par des débris ou être affecté par l’effet thermique et les radiations. Ensuite considérez si vous devez quitter la zone (ex: incendies, menaces, réserves de vivres épuisées, radiations…). Pour réduire le taux d’exposition aux radiations toujours penser au meilleur abri disponible, à la distance de l’explosion et à la durée d’exposition aux radiations. Plus votre abri aura un mur épais et dense et mieux votre protection sera (idéalement un bunker militaire). Évidemment plus vous serez loin de l’explosion et plus le taux d’exposition aux radiations sera bas.

On recommande de poser des rubans adhésifs sur des pièces de tissu plastique étanches aux fenêtres, portes, entrée du climatiseur (voir figure). Il faut choisir de préférence la pièce avec le moins de fenêtres comme repaire ultime. Ce genre de protection peut être efficace en cas de guerre NBC (nucléaire, bactériologique, chimique). Si vous avez un auto prévoir la moitié d’une réservoir d’essence de réserve et connaître les routes secondaires alternatives (embouteillage…). Si vous n’avez pas d’auto, prévoir un moyen de transport pour quitter la ville rapidement. Si vous quitter votre domicile, laissez une note à vos proche pour dire quant vous avez quitté et où vous vous dirigez.

Au travail, vérifier si un plan de mesures d’urgence existe et faite un exercice d’évacuation. Si l’explosion a lieu pendant que vous roulez en véhicule, mettez-vous sur le bord de la route, stopper le véhicule et mettez le frein à parking. Évitez dans la même situation les tunnels, ponts, ligne de transport d’énergie. Ayez toujours une radio à la portée de la main afin d’avoir des informations. Dans un building, connaître la sortie la plus rapide et une sortie de secours alternative. Se mettre sous une table si des choses tombent du plafond. Se tenir loin des murs extérieurs du building, fenêtres, étagères à livres. Évitez les ascenseurs… Si vous descendez les escaliers, choisir la voie de droite pour éviter une collision avec les services d’urgence.

NucleaireSurvie2

 

Une bombe sale (« Dirty Bomb ») est une bombe classique qui disperse des éléments radioactifs ou toxiques.

AGIR SUITE A L’EXPLOSION D’UNE BOMBE SALE (DIRTY BOMB)

Une bombe sale est en fait une bombe classique qui disperse des éléments radiactifs lors de l’explosion. Dans ce cas-ci donc, pas de champignon ni de souffle gigantesque ni d’effets thermiques. Le U.S. Department of homeland Security recommande la procédure en cas d’attaque par une bombe sale (Dirty Bomb) actionnée par des terroristes: Dès que l’explosion survient, courir dans un bâtiment non endommagé et ne pas rester à l’extérieur. Couvrir son nez et sa bouche afin d’éviter d’inhaler des agents toxiques ou radioactifs. Ensuite fermer les portes et les fenêtres. Fermer également l’air conditionné et tout système de climatisation. Si vous pensez avoir été exposé aux radiations enlevez vos vêtements, jetez-les et laver vous aussitôt que possible.

Ne pas bouger et attendre les informations à la télévision, radio, Internet. Les 3 facteurs qui déterminent le degré d’exposition aux radiations sont la protection (l’écran ou le « Shielding »), la distance des radiations et la durée d’exposition aux radiations. S’assurer qu’il y a un écran (mur, etc…) entre vous et le matériel radioactif. Une grande partie des radiations pourra être absorbé par cet écran. S’éloigner le plus possible de la zone affectée et limiter son temps de fréquentation dans la zone affectée.

 LE PLAN D’URGENCE POUR LA FAMILLE

Vous devez avoir un plan d’urgence que tous les membres de votre famille doivent savoir par cœur. Concevez un plan d’urgence pour votre famille. Il doit comporter un lieu de ralliement pour chaque situation, la liste des numéros de téléphones importants, la liste des contacts et amis à l’extérieur de la ville. Dans ce plan sont inclus la préparation du kit de survie (nourriture, etc…) et la répartition des tâches. Prévoyez toute les situations (embouteillage, immeubles à plusieurs étages, etc…).

 LE KIT DE SURVIE

Le U.S. Departement of Homeland Security dispense de bons conseils comme sa liste d’items à se procurer. Elle n’est pas complète mais c’est déjà une bonne base. Voici en gros la liste d’épicerie pour faire face à l’Apocalypse

 LA NOURRITURE

 – Réserve d’eau

  • Prévoir un gallon d’eau par personne par jour, comme breuvage et pour l’hygiène.
  • Dans un climat chaud prévoir plus d’eau, même cas dans le cas d’une femme enceinte.
  • L’idéal est de constituer une réserve d’eau de 30 jours par personne, même chose pour la nourriture.
  • Les réserves d’eau doivent être prises immédiatement après l’explosion afin d’éviter la contamination.
  • Réserves de nourriture.

  • Choisir de la nourriture qui ne requiert pas de réfrigération, ni cuisson ou préparation et peu ou pas d’eau.

  • Choisir de la nourriture que votre famille va accepter de manger.
  • Boite de conserves prêtes à manger de viande, fruits et légumes.
  • Barres de protéines et de fruits.
  • Céréales sèches ou granola.
  • Beurre d’arachide.
  • Fruits secs.
  • Noix .
  • Craquelins.
  • Boîtes de conserve de jus.
  • Lait pasteurisé non périssable.
  • Nourriture énergétique.
  • Vitamines.
  • Nourriture pour enfants.
  • Nourriture et médicaments contre le stress (tisane, valériane…).
  • Réserve de nourriture non-périssable pour au moins 3 jours.

ARTICLES DIVERS

– Deux paires de gants stériles en latex.
– Bandages stériles.
– Savon antibiotique et serviettes de toilettes désinfectantes.
– Onguent antibiotique.
– Onguent contre les brûlures.
– Bandages adhésifs de toutes grandeur.
– Goutte pour les yeux.
– Thermomètre.
– Une réserve de toutes vos prescriptions de médicaments (Insuline, médicaments pour le coeur, asthme…).
– Kit d’analyse du sang et du glucose.
– Téléphone cellulaire.
– Ciseaux.
– Gelée de pétrole ou autres lubrifiants.
– Radio à piles et réserve de piles.
– Lampes de poches et réserve de piles.
– Kit de premiers soins.
– Sifflet pour demander de l’aide.
– Masque contre la poussière (masque de peintre ou mieux, masque à gaz).
– Serviettes humides pour la toilette.
– Clés anglaises et à molette.
– Ouvre-boîtes.
– Tissus de plastiques et « duct tape » pour calfeutrer les fuites d’airs.
– Documents personnels familiaux (Papier, assurances, banques…).
– Sac de poubelles et attache poubelle.

UTILE À AVOIR AUSSI

Manuel de premiers soins ou de trucs de survie.

Imperméable.
Ustensiles (Verres en carton, ustensiles en plastique).
Argent et chèque de voyages. – Rouleaux de papier hygiénique.
Extincteur d’incendie.
Tente.
Compas.
Allumettes dans un récipient imperméable.
Fusées d’urgence.
Papier et crayons.
Compte goutte médical.
Serviettes hygiéniques féminines.
Kit d’hygiène personnel (broche à dents, savon, crème à raser).
Désinfectant.
Eau de Javel pure (sans additifs).
Comme désinfectant = Neufs parties d’eau pour une partie d’Eau de Javel.
Purificateur d’eau = 16 gouttes d’Eau de Javel par gallon d’eau.
Documents familiaux importants (Le retour à la vie normale peut être un nouveau cauchemar si vous les perdez!).

FOURNITURES MÉDICALES

– Médicaments sous prescriptions.
– Fournitures dentaires (brosse, soie, dentifrice…).
– Verres de contact.
– Verre contre le Soleil.
– Aspirin, Tylenol.
– Médicaments anti-diarrhée.
– Antiacide.
– Laxatif.

Il est recommandé de vous constituer un bon écran protecteur contre les radiations. Plus l’écran construit est large et dense, meilleur est la protection. Vous pouvez vous servir de meubles et matériaux (briques…)..

NucleaireSurvie11

Les informations du site Homeland Security sont utiles mais il faut mentionner plusieurs manques impardonnables… Aucune mention de la nécessité de posséder un compteur Geiger! Comment alors détecter la radiation et foutre le camp? Dans le site on dit très fréquemment d’écouter la radio lors de la catastrophe pour obtenir des informations. Ce fait traduit une confiance aveugle que l’américain doit avoir dans l’appareil de l’État qui comme on l’a vue dernièrement est très lent à réagir et rapidement débordé. On ne mentionne aussi jamais la nécessité d’avoir une arme pour sa protection personnelle… On peut critiquer le guide d’aide aux Américains pour son caractère paternaliste et contrôlant.

Il est évident qu’on ne désire pas que chaque Américain se balade avec un revolver après une catastrophe afin de mieux pouvoir contrôler la situation. On semble aussi préférer que les gens se terrent chez eux plutôt que de former des colonnes de sinistrés difficile à gérer. Pour le silence à propos du compteur Geiger il y a peut-être une explication. Un compteur Geiger peut servir pour contrôler l’irradiation des aliments, pour détecter le passage de convois transportant du matériel radioactif sur les routes, détecter des fuites nucléaires… Il peut donc être un outil « politique » en temps de paix dont on ne veut pas la propagation dans la population. Si ce silence à propos du compteur Geiger est causé par cela, c’est un geste irresponsable du gouvernement américain car tout leur guide ne sert à rien si le citoyen n’a rien pour détecter le niveau des radiations. Le citoyen surtout ne doit pas prendre pour acquis une éventuelle aide à la radio et doit savoir se débrouiller seul.

La non-survivabilité à une attaque nucléaire est peut-être un mythe. Souvenez-vous qu’il y a eu des survivants à Hiroshima et Nagasaki même si ceux-ci ignoraient tout des effets de l’explosion d’un engin atomique. La vie a même repris à Hiroshima et Nagasaki. Alors il y a de l’espoir, votre désir de vivre, votre combativité, vos connaissances en survie seront vos meilleurs atouts.

À VENIR :

La vie après une attaque nucléaire

La détection et la défense contre la radioactivité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *