Le syndrome du parc éolien et autres maux imaginaires

La science ne peut pas expliquer comment les éoliennes causent la maladie connue sous le nom de syndrome du parc éolien.
Par Norman Swan.

060715_Swan_1
Les éoliennes semblent plus susceptibles de causer des maladies chez les voisins qui ne profitent pas d’elles.

Pour certains, les parcs éoliens sont une joie pour les yeux; ils aiment le woob-woob des turbines qui contribuent à sauver la planète. Mais d’autres croient que les vibrations les rendent malades. Leurs symptômes sont: la fatigue, la confusion mentale, l’insomnie, des maux de tête et des nausées.

Le symptôme a même deux noms: la maladie vibro-acoustique et le syndrome de parc éolien. Tous deux ont été repris dans le monde entier par ceux qui croient qu’ils sont touchés, et par quelques médecins. Une théorie est que les parcs éoliens produisent des infrasons – ondes sonores de basse fréquence au niveau ou au-dessous de notre seuil d’audition – qui peuvent parcourir de longues distances et exercer des pressions importantes, provoquant des dommages biologiques.

En Australie, un sénateur a critiqué les parcs éoliens pour le compte des collectivités rurales. La pression politique a provoqué des enquêtes et des examens, aucun de ceux-ci qui n’ont trouvé de faits scientifiques crédibles étayant le syndrome du parc éolien. Mais à cause de la pression politique, le National Health and Medical Research Council a détourné des fonds limités pour effectuer une recherche sur  cet état. Ce, à un moment où les subventions de recherche compétitives pour les maladies cardiaques, le cancer et le diabète ont une baisse pitoyable de 20%.

D’un point de vue scientifique, le syndrome du parc éolien échoue au test de cause à effet, qui doit généralement remplir deux critères: que le effet des infrasons aie un sens biologique; et qu’il existe un effet de dosage. Qu’est-ce qui est fiable, connu des effets des infrasons sur le corps qui pourrait ne pas rendre compte de la façon dont ces effets pourraient causer les symptômes. En outre, si une maladie a une cause connue – comme le tabagisme ou la radiothérapie – presque toujours plus vous êtes exposé, plus le risque est élevé. Mais il n’y a pas d’effet de dose avec le syndrome du parc éolien. Fait intéressant, il est infiniment rare chez les familles agricoles qui sont payées pour avoir des éoliennes sur leurs terres.

Les nouvelles technologies sont également connus pour produire des problèmes de santé

Un facteur du développement de ce syndrome semble être un sentiment de perte de contrôle: un voisin construit une ferme éolienne à des fins personnelles, Il ruine votre vue et il vous laisse un sentiment de colère et d’impuissance. De nombreuses preuves indiquent que les gens tombent malades si vous supprimez leur sentiment de contrôle sur leur vie. Un exemple vient de Michael Marmot de l’University College de Londres qui a découvert que les fonctionnaires britanniques de rang inférieur  avaient plus de crises cardiaques que leurs chefs.

Les nouvelles technologies sont également connues pour produire des maladies, surtout si elles ont été introduites sans un sentiment d’appropriation. L’Australie a subi une épidémie de douleur au bras et au cou dans les années 80 quand les ordinateurs ont été introduits dans les bureaux. Cela a été attribué à des mouvements répétitifs sur des postes de travail mal conçus, bien que la recherche aie montré que dans la plupart des cas, ce n’était pas un facteur important. Les facteurs pathogènes sont l’incertitude sur la technologie, la pauvreté de la gestion du changement et la peur générée par les syndicats et les médias.

Il est important d’être clair que ce qui est en jeu ici n’est pas de savoir si les symptômes du syndrome du parc éolien sont réels mais de comprendre comment certains malades  et certains médecins l’expliquent. Cette collection de symptômes non spécifiques est fréquente et laissent souvent les médecins embarrassés – de sorte qu’ils font de multiples examens. Si vous faites assez d’examen sur quelqu’un, vous trouverez à coup sûr une anomalie aléatoire qui  probablement sera dénué de sens, et vous introduisez les gens dans un cercle de nouvelles interventions ayant leur propre risque de préjudice. Et certains groupes de symptômes non spécifiques, tels que des ballonnements et la fatigue, peuvent être des signes de cancers des ovaires ou du pancréas, que les médecins ne sont pas bons à reconnaître. Donc attribuer les symptômes à une affection inexistante comme le syndrome du parc éolien pourrait être dangereux.

Ce complexe non spécifique de symptômes remonte au 19ème siècle – bien avant les éoliennes – et il a eu beaucoup de noms. Florence Nightingale l’avait quand il s’appelait neurasthénie.  Le syndrome d’épuisement chronique est similaire et, plus récemment des malades ont affirmé qu’ils avaient une maladie de Lyme chronique alors que de nouveau il n’y a peu ou pas de preuves reproductibles que cette maladie transmise par les tiques soit la cause.

Le schéma est le même: désespérés, les personnes souffrantes s’accrochent à des fragments de science, des «experts» émergent qui des points qui n’ont pas de lien significatif, et parfois une industrie de la pathologie répond avec des tests lucratives aux profits douteux. C’est un cycle de renforcement mutuel.

Il y a une réponse plus constructive.

Nous devrions commencer par reconnaître que les symptômes sont réels. Les médecins doivent éliminer les causes connues telles que les cancers cachés et les maladies de la thyroïde.

Nous devrions aussi commencer à accepter que les interactions avec notre environnement peuvent avoir des effets profonds sur notre santé – notre esprit est une partie de notre corps. La colère et la perte de puissance  sont des sentiments tristes. Lorsque quelque chose de nouveau, de potentiellement intrusif, doit être introduit dans la vie des gens, des efforts devraient être faits pour consulter les communautés et les impliquer dans la prise de décision pour leur redonner un sentiment de contrôle.

Source

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *