Terre mère – Mode d’emploi antique

purusha_and_prakriti_zz03-150x150Il est probable qu’une des choses les plus difficiles a accepter soit la re-découverte de connaissances , assez éloignées de notre approche par la connaissance, des lois de l’univers.

C’est comme si, en etudiant de tels sujets , nous pouvions voir, plus facilement , le mur auquel nos civilisations se heurtent, aujourd’hui, et dans lequel elle s’écraseront plus que probablement, plus tard ; nous pouvons retracer quelques bribes de ce que fût une application de ces connaissances, mais nous ne pouvons encore comprendre l’ensemble, le modus operandi.

Les ley Lines, ces lignes de force magnétiques, fûrent connues des civilisations du passé comme nous l’avons vu. Une action, a travers ce que nous savons des megalythes, sur ces lignes, a été effectuée… mais dans quel but ?

Si une analogie avec l’acupuncture sur ce qu’il est correct d’appeler un ‘systéme energétique’ humain peut être effectuée, il en demeurre que les applications factuelles, a notre échelle , semblent nous échapper.

La piste magnétique et vibratoire nous mets sur la piste d’un equilibrage des forces, mais encore faut-il admettre que ces forces existent; la science n’a pas décidé d’investiguer sur ce terrain, car le problème de la mesure se pose.

Aussi, comment entrevoir une réalité dans cet ensemble d’indices qui nous font remonter au balbutiements de notre organisation ? comment peut-on chercher a définir cette force, qui semble être une cause de notre développement , comme nous l’avons vu avec la vague sinusoidale du Grand cercle ?

Que savons-nous d’elle :

  • Elle est sous-terraine

-Son pouvoir est utilisé pour la construction et l’edification de monuments

-Elle est garante de prospérité et de fécondité

Nous pouvons également parler du serpent, qui comme nous l’avons vu, représente dans plusieurs traditions l’aspect qui anime , ou encore l’eau ( les courants d’eau, générateur de magnétisme) par extension.

Les légendes nous mettent sur des pistes interessantes, que je dois en partie a un grand Capitaine, qui est parvenu a m’éclairer les liens existants entre ley lines, megalithes et force d’en-bas, avec nombre de légendes et personnages mythiques.

010611_1205_TerremreMo1

 

Les ruines de l’île de Lelu, en micronesie, forment la ville geante d’Insaru, a l’est des îles Caroline. Certains murs sont plus de 6m de haut, et certains blocs megalithiques de basalte pésent jusqu’a … 50 tonnes. D’ou viennent les pierres est un mystére, et la légende raconte qu’elle a été construite par deux magiciens en… deux jours.

Construction en deux jours… cela n’évoque t-il pas la légende de la construction du Temple de Salomon ? Le premier Temple est décrit, dans la bible, comme un centre religieux et culturel. Il aurait été construit en une nuit, par Asmodée.

Mais… qui donc est Asmodée ?

C’est un démon, qui , selon certaines versions, serait le serpent qui séduisit Eve… Surintendant des Enfers, son nom, traduit en latin par Asmodeus, signifie « Le souffle ardent de Dieu ». L’analogie avec l’idée de vibration évoquée auparavant , ou de magnétisme est assez frappante, surtout lorsqu’on découvre qu’Asmodée, dans les traditions aurait enseigné aux hommes , a se rendre invisibles, l’arithmétique,la géométrie, l’astronomie et les arts mécaniques… il connaitrait les trésors cachés.

010611_1205_TerremreMo2

 

Les légendes nordiques nous apportent des éléments trés proches, a travers l’évocation du petit-peuple. Elfes, Trolls, gnomes et autres lutins, étaient eux-aussi un peuple de forgerons….sous-terrains, enseignant aux hommes les mêmes domaines d’activité: géométrie, architecture, arithmétique, astronomie… mais, nous voyons a travers ces deux exemples, que, l’Un sort des enfers et est un démon, et l’autre petit-peuple appartient a un folklore totalement différent, rejoignant pourtant la même idée.

Serait-ce du a l’expérience des hommes , variant selon l’utilisation faite de cette  »force » ? Cherchons d’autres exemples. J’ai mentionné a maintes reprises, que les Vedas faisaient état de deux principes en essence complémentaires, Purusha, et Prakriti, véhicule et energie animant le véhicule.

Si il s’Agit ici, de deux aspects de ce que l’Homme divinise, alors nous retrouvons ces aspects dans le culte, plus récent et peut être plus parlant, de Baal. Baal n’est qu’une appellation générique, accompagnée d’un qualificatif qui révèle quel aspect est adoré ;Baal Marcodés, dieu des danses sacrées ; Baal Shamen, dieu du ciel ; Baal Bek, le Baal solaire , Baal-Zebub, qui a donné Belzébuth. C’est un dieu d’origine phenicienne, dont le culte a été célebré de -3000 a l’époque romaine, particulièrement connu a Carthages.

Il est interessant de noter qu’il est parfois accompagné d’une divinité féminine, et c’est sur elle que nous allons nous attarder un peu.

Astarté, Ishtar, Tanit, représentent la même déesse. Nous avons désormais admis ses

Origines

010611_1205_TerremreMo3

 

orientales et, les archéologues ont découvert que le culte de Tanit était pratiqué par les Phéniciens d’ Orient qui l’introduisirent en Méditerranée Occidentale, en premier lieu à Carthage. C’était une déesse que ces derniers nommaient « oum » dont le nom arabe signifie « mère » car elle est ressenti par ses fidèles comme la dame par excellence, c’est-à-dire celle qui veillait à la fécondité, à la naissance, la croissance, à la formation et à la protection de la communauté d’où elle fut honorée du titre de « Rabbat ».

Il est aujourd’hui admis que la déesse Tanit est a rapprocher de la déesse Anat, de Ashérat, de la « grande mère toute puissante » reconnu par plusieurs divinitées greques, romaines et égyptiennes. Une sorte de déesse internationalisée.

Une déesse aux aspects parfois évoqués comme ‘démoniaques’, ou parfois comme ‘maternelle’. Si l’on décide de mettre en perspective, par simple goût de l’hypothése, l’idée de Force sous-terraine et de condition a la croissance, alors nous pourrions traduire cette Bipolarité par l’utilisation de cette force, qui, détournée, ou ignorée, conduit au déséquilibre de la grille magnétique de la planéte, et bien utilisée et entrevue, permet de créer la Vie.

Or, il ne s’agit ici que d’un aspect (considéré comme féminin dans l’analyse mythologique phénicienne). Cet aspect peut-il être assimilé a l’essence divine qui donne vie a la structure ? Purusha est le nom sanskrit Masculin de l’immuabilité et du Principe Statique, et son équivalent est Prakriti, qui anime Purusha, mais qui lui permet aussi d’exister !

Les légendes véhiculent donc peut être des indices et un mode d’emploi dont nous avons perdu le traducteur…

010611_1205_TerremreMo4

 

Plus récément; la créature mythologique de la Vouivre est une redondance de cette même force. En effet, Son nom viendrait du latin vipera signifiant vipère; dans les contes populaires c’est un serpent fantastique préposé à la garde d’un trésor possédant un corps de serpent, des ailes de chauve-souris et des pattes de pourceau.

Elles possédent un charbon ardent au front, qu’elles laissent sur les rebords des puits lorsqu’elles décident de plonger dedans; voila pourquoi il y a la l’idée de lumière et de chaleur sorti des entrailles de la terre. Traditionnelement, celle-ci garde les trésors sous-terrains.

Toujours dans les contes populaires, nous pouvons citer la fée Mélusine, femme légendaire des contes medievaux. Son origine serait trés ancienne. Elle est bien entendu parée d’une queue de Serpent….qu’elle ne sort que le samedi, durant son bain, jours pendant lequel personne n’a le droit de la voir.

Le point interessant ici est que, pendant que Raymondin , l’homme qui l’a demandé en mariage, voyage en Bretagne, la Fée Mélusine elle, se fait bâtisseuse; la légende veut qu’elle ait fondé les villes de Parthenay, Tiffauges, Talmont, les murailles de La Rochelle et nombre d’églises et d’abbayes… et ce , a l’aide de:

010611_1205_TerremreMo5

 

« Quelques dornées de pierres et une goulée d’Eve »

Si la dornée de pierre (de Dorne, le creux du tablier qui recoit) est assez évident dans le processus d’edification, la goulée d’Eve est un détail curieux dont l’analogie avec l’eau semble évidente; or, n’a t-on pas vu que les courants d’eau sous-terrains jouaient parfois un rôle certain dans la composition des noeuds diamagnétiques qui parcourent notre planète ?

Il est également amusant de constater que le fée Mélusine ne travaillait que la nuit, et lorsque quelqu’un s’approchait elle cessait immédiatement ses travaux (C’est ainsi qu’il manque une fenêtre à Merrigoute, la dernière pierre de la flèche de Niort et de l’église de Parthenay)

Cela ne rappel t-il pas les anecdotes et autres rumeurs concernant le chateau de Corail, lieu mysterieux si il en est ?

Ishtar, comme la créature de la Vouivre, ont un sens qu’il est nécessaire d’entrevoir a nouveau; Ishtar, avec ses pieds reposant sur la puissance des lions, marque bien l’idée de son origine, sous-terraine. Elle provient de la Terre, mais porte en elle le  »souffle ardent de dieu » , ou le charbon ardent de la Vouivre. Ses bras levés vers le Ciel, correspondent a cet aspect de la Divinité qui est en constante relation avec les autres energies, cosmiques. La relation entre les deux est symbolisée par les ailes de la déesse.

Dans d’autres traditions, nous pouvons emprunter au serpent cette notion de vibration, comme l’évoque dailleurs les autres appelation de la Vouivre ( il est orthographié « Wivre », le W marquant bien, par sa sonorité autant que par sa graphie, le mouvement du serpent, son ondulation, la vibration, dans le Manuscrit des paroles du Druide)

Si l’on doit voir dans ces analogies dont le sens a disparu, des lignes de forces dont les pouvoirs, pour les initiés, permettent l’edification de forteresses ou de villes (par ses propriétés magnétiques), alors la fécondité , la fertilité et la croissance sont issus elles-aussi des conséquences de ces propriétés.

Ces contes et légendes nous ramènent au Jardin qu’est la Terre. Si l’islam formule que  »l’Homme est le jardinier d’Allah », et que notre étude se tourne vers un concept unifié des energies (concept de Gaia) , alors le rôle de l’homme est du cultiver ces endroits en lesquels, l’énergie est favorable, et d’équilibrer ces lieux en lesquels l’énergie ne l’est pas.

La notion de Karma est ici importante; sans canalyser cette energie qui circule et nous influence, au même titre que la Lune, alors le principe karmique de compensation rentre en jeu. Les endroits déséquilibrés doivent trouver compensation dans la première source d’energie…. les êtres vivants.

La volonté des Hommes de cultiver adéquatement ces ressources ne date pas d’hier. C’est le sens d’Ishtar, qui, les bras au ciel, symbolise l’interaction du ciel et de la Terre. Et force est d’admettre que c’est notre rôle , a nous, que de revenir a cette connaissance, pour ré-entreprendre des initiatives comme ce fût le cas pour certaines abbayes, sites romains, ou emplacement megalithiques.

Au lieu de cela c’est notre fluide vital même qui se perds, dans les méandre de rêves qui ne servent a rien, a rien d’autre qu’a ne pas se souvenir…. tellement ca semble loin .

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *