Ufologie 2.0

Épistémologie ufologique

I- Nouvelle approche
L’écologie et la pensée systémique sont apparus en réaction à l’extension et à la fragmentation des connaissances attribuées à la complexité de la nature elle-même mais qui sont avant tout une conséquence de la méthode scientifique réductionniste et analytique. La systémique considère le monde comme un tout, comme un système dont les composantes sont aussi des systèmes.Il n’est plus possible de traiter et d’opposer traditionnellement
– une structure objective matérielle ou énergétique,
– une disposition spatiale: forme ou localisation,
– une évolution ou situation dans le temps.

L’écologie et la pensée systémique sont apparus en réaction à l’extension et à la fragmentation des connaissances attribuées à la complexité de la nature elle-même mais qui sont avant tout une conséquence de la méthode scientifique réductionniste et analytique. La systémique considère le monde comme un tout, comme un système dont les composantes sont aussi des systèmes. Il existe ainsi une hiérarchie de systèmes interdépendants.

II- Les thêmata

L’historien des sciences Mr Holton trouva dans les notes privées des grands physiciens certaines conceptions irrationnelles qu’il appela des thêmata, grands thèmes épistémologiques, que Basarab Nicolescu commente de la manière suivante (dans ‘Nous, la particule et le monde’)
Ces « thêmata » sont cachés, même à celui qui les emploie: ils n’apparaissent pas dans le corps constitué de la science, qui ne laisse transparaître que les phénomènes et les propositions logiques et mathématiques. … Ces « thêmata » concernent donc ce qu’il y a de plus intime, de plus profond, dans la genèse d’une nouvelle idée scientifique. … Aussi, il est surprenant de constater le nombre restreint de « thêmata » qui traversent les travaux scientifiques qui sont pourtant d’une grande variété. Holton a dénombré seulement quelques dizaines de « thêmata » dans toute l’histoire de la science … Les « thêmata » se présentent généralement sous la forme d’alternatives doubles ou triples: évolution-involution, continu-discontinu, simplicité-complexité, invariance-variation, holisme-réductionnisme, unité-structure hiérarchique, constance-changement, etc.

Il est évident par les exemples donnés qu’il s’agit des mêmes termes abstraits, ou symboliques qui signifient le sens fonctionnel de la matière, de l’espace ou du temps.
Comme ces conceptions sont contenues comme des présupposés dans toutes les théories de la physique, elles n’ont rien de commun avec les contenus psychiques irrationnels dont il peut être question en ufologie. Elles ne devraient donc pas être qualifiées d’irrationnelles mais définies comme pré-rationnelles, métaphysiques ou ontologiques.

III- Vers de nouvelles approches

Le physicien Nicolescu a insisté dans tous ses écrits sur la structure ternaire de la réalité (ce n’est pas le seul). La raison se trouvait selon lui dans la trilogie systémique de Lupasco dont le principe d’antagonisme impliquait le tiers inclus http://fr.wikipedia.org/wiki/Tiers_inclus, un état T intermédiaire entre l’état A actualisé et l’état P potentialisé. Mais il cite aussi la hiérarchie ‘tripartite’ des systèmes telle que formulée par Geoffrey Chew, le fondateur de la théorie du bootstrap qui explique l’univers par l’interdépendance universelle des particules:
Chaque particule nucléaire a trois rôles différents: 1) un rôle de constituant des ensembles composés; 2) un rôle de médiateur de la force responsable de la cohésion de l’ensemble composé; et 3) un rôle de système composé

Et Nicolescu commente cette définition dans le même ouvrage, de la manière suivante:

Dans cette définition, la partie apparaît en même temps que le Tout. La nature est conçue comme étant une entité globale, non-séparable au niveau fondamental.

La particule joue le triple rôle d’un système en interaction (irréductible) avec les autres systèmes, ce qui constitue un premier rapprochement entre la théorie du bootstrap et la pensée systémique contemporaine.

Globalement, les relations du système avec d’autres systèmes sont de trois ordres, dans la hiérarchie, qui correspondent aussi aux trois causalités principales de l’ontologie classique:

–> relation du système avec les systèmes d’ordre inférieur, les substances qui composent sa structure = la cause matérielle.
–> interaction du système avec les systèmes de même niveau par échange d’énergies = la cause efficiente.
–> intégration du système dans l’organisation d’un système d’ordre supérieur par des informations = la cause formelle ou finale.

Les 3 formes de relations peuvent se répéter à tous les niveaux de la hiérarchie systémique et constituent de fait, un des fondements des similitudes ou analogies des structures holographiques

The holomovement is a key concept in David Bohm’s interpretation of quantum mechanics and for his overall wordview. It brings together the holistic principle of « undivided wholeness » with the idea that everything is in a state of process or becoming (or what he calls the « universal flux »). For Bohm, wholeness is not a static oneness, but a dynamic wholeness-in-motion in which everything moves together in an interconnected process. The concept is presented most fully in Wholeness and the Implicate Order, published in 1980.

Voir précédent article : https://veritas-europe.com/sciences-et-techniques/multivers-observateur-et-conscience/
IV- Le nouveau Réel

Une structure préexistante suffisamment complexe pour présenter dans son comportement des ,degrés de liberté’ devient instable sous un apport constant d’énergie. L’instabilité implique que l’évolution à partir d’un certain point appelé ‘bifurcation’ admet plusieurs solutions également probables. Ce sont donc des influences aléatoires minimes de l’environnement qui font pencher l’évolution vers l’une des solutions possibles et il s’agit de ces influences dites ‘aléatoires’ qui apparaissent a posteriori comme cause finale, qui tiennent ainsi le rôle d’informations de l’environnement.
Les conditions de l’auto-organisation sont ainsi :la structure complexe / l’apport d’énergie et l’intervention d’informations de l’environnement / les trois propriétés principales du système.


Voici le début, a peine débuté ! d’une nouvelle approche épistémologique a l’ufologie, qui réunit son étude scientifique dure sur la matérialisation et spatialisation du phéno ainsi que l’apparente absurdité du monde propre de l’observateur.  La nécessité de revoir notre logique scientifique est proportionnelle a celle de comprendre en quoi réside le fondamental pouvoir créateur de l’Homme, tel que résumé ici
« Je leur ai enseigné toutes mes pensées et toutes mes aspirations : à réunir et à joindre tout ce qui chez l’homme n’est que fragment et énigme et lugubre hasard, en poète, en devineur d’énigme et rédempteur du hasard. Je leur ai appris à être créateur de l’avenir et à sauver, en créant, tout ce qui fut. Sauver le passé dans l’homme et transformer tout ce qui était jusqu’à ce que la volonté dise : « Mais c’est ainsi que je voudrais que ce fût. Mais c’est ainsi que je le voudrais »

— Ainsi parlait Zarathoustra, III, 3 – Des vieilles et des nouvelles tables – Mercure de France, Nietzsche

http://dominique.temple.free.fr/reciprocite.php?page=reciprocite&id_rubrique=72
http://sys.theme.free.fr/
http://en.wikipedia.org/wiki/Holomovement
http://en.wikipedia.org/wiki/Bootstrap_model
http://fr.wikipedia.org/wiki/Principe_du_tiers_exclu
http://basarab.nicolescu.perso.sfr.fr/Basarab/index.html
Par Syn Veritas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *