Un monstre marin bien réel

Un jeune calmar colossal (Mesonychoteuthis Hamiltoni) capturé en 2007.

La milliardaire rebelle Charles Branson a comme nouveau projet d’explorer les fonds marins abyssaux avec un sous-marin expérimental. Comme il le dit lui-même, plus de gens ont été dans l’espace que dans les fonds abyssaux, ce qui démontre notre manque de connaissance de cette partie profonde des océans. Lors de ses expéditions futures dans la mer, je recommande à monsieur Branson la plus grande prudence car les abysses sont le domaine d’un animal redoutable et presque mythique, le calmar géant. Cette bête a très rarement été filmée, photographiée ou vu vivante dans son élément car elle fréquente des zones profondes où l’Homme s’aventure rarement. Les seules preuves de son existence sont des carcasses échouées, des restes de becs ou de tentacules dans des estomacs de cachalots harponnés et des histoires fabuleuses de marins.
Le Kraken et Scylla

Aussi loin que l’an 1000, les récits scandinaves parlent d’une créature surnommée « Kraken » assez grosse pour menacer de gros navires. L’odyssée d’Homère parle aussi d’un monstre très semblable à un calmar géant doté de dents sur ses tentacules, ce qui est une caractéristique de certaines espèces de calmars géants. Selon les descriptions faites par ceux qui ceux qui contaient ces histoires de marins, il y a de fortes chances que la bête dont ils parlaient existe réellement, cette créature de cauchemar c’est fort probablement calmar géant.


Le petit monstre marin trouvé en Antarctique en 2007, un jeune calmar colossal de 8 mètres…

Calmar géant et calmar colossal

Lorsqu’on parle de calmar géant, on parle surtout de 2 types de calmars, du calmar géant (Architeutis Dux) et du calmar colossal (Mesonychoteuthis Hamiltoni), ces deux créatures ont une allure différente et le calmar colossal serait plus massif et pourrait atteindre une taille encore plus grande que le calmar géant. Les scientifiques font juste commencer à s’intéresser à ces créatures. Des marins de Nouvelle-Zélande ont capturé un petit calmar colossal (taille de 8 mètres) et des scientifiques japonais ont réussis à filmer pour la première fois un calmar géant vivant dans son habitat. Mais ces découvertes ne concernent que de petits individus. On estime par des calculs de proportions (restes dans les estomacs des cachalots  et marques de ventouses) qu’il existe peut-être des individus gigantesques dans les 50-60 mètres. Regardons de plus près cette créature qu’aucun nageur ne souhaite rencontrer. Vu la taille et la puissance de cette créature, elle est probablement impliquée dans la disparition de petites embarcations et de marins. Il y aurait environ 500 espèces de calmars dont seulement une dizaine atteigne une taille respectable. La taille des calmars, selon les données actuelles, peut varier et aller de 1 pouce à 18 mètres selon les espèces.

C’est en 1857 que le calmar géant obtient la consécration officielle, on lui donne le nom scientifique d’Architeutis Dux. Malgré ceci, il demeurait des sceptiques pour douter de son existence. Or des changements périodiques dans le courant du Labrador amenèrent plusieurs échouages de calmars géants à Terre-Neuve. Les scientifiques pensent qu’un changement cyclique de 90 ans dans le courant du Labrador provoque l’arrivée d’un courant froid qui nuit au métabolisme du calmar géant et provoque des échouages périodiques de 90 ans. Selon cette théorie, la prochaine période d’échouage de calmars géants devrait être autour de 2040. Le 2 novembre 1879, un individu de 16,50 mètres a été retrouvé à Thimble Tickle (Terre-Neuve). Un autre calmar géant de 8 mètres de long a été naturalisé et est conservé Muséum d’Histoire Naturelle de Paris. Baptisé « Wheke », il s’agit d’une petite femelle d’en bas de 4 ans pêchée en Nouvelle-Zélande en 2000. La grosse trouvaille est survenue en 2005, Tsunemi Kubodera un scientifique japonais, réussis à filmer un calmar géant en pleine action à 900 mètres de profondeur dans le Pacifique en l’appâtant avec un poisson. Alors qu’on pensait jusqu’alors que le calmar géant était un animal opportuniste, lent et paisible, les images ont plutôt montré un chasseur à l’affût, rapide et très agressif, qui aveugle sa proie avant de l’attaquer. Les observations de Kubodera ont aussi montré que les cachalots vont à la pêche aux calmars jusqu’à une profondeur de 1000 mètres. On ignore comment les cachalots font pour attraper les calmars géants, vus que ceux-ci sont plus rapides qu’eux. Des scientifiques ont avancé l’hypothèse que les cachalots enverraient une onde sonore dans les profondeurs qui «assommerait» en quelque sorte les calmars.

Extrait vidéo du calmar géant filmé par Kubodera en plein action dans le Pacifique en 2005.

Le calmar colossal lui, a vu son existence reconnu en 1925 après que des restes de tentacules aient été retrouvés dans l’estomac d’un cachalot harponné. La nouvelle créature  fut surnommée Mesonychoteuthis Hamiltoni. En février 2007 un calmar colossal femelle de petite taille a été capturé dans la mer de Ross en Antarctique par des pêcheurs Néo-Zélandais. La taille du mollusque était de 8 mètres avec un poids de 500 kilogrammes. Ils ont pu constater que la bête en question avait les plus grands yeux connus du monde animal, un oeil de 27 centimètres de diamètre avec une rétine grosse comme une orange. De tels yeux sont très pratiques pour voir dans les grandes profondeurs océaniques qui sont le milieu de vie des calmars géants et colossaux (2 kilomètres de profondeur) où la lumière est pratiquement absente. Chez le calmar colossal, la femelle atteint une taille plus grande que le mâle. Selon le biologiste marin Kat Bolstad, le calmar colossal est plus dangereux que le calmar géant. « Cet animal armé comme il est avec les crochets et les becs qu’il possède, n’est pas seulement colossal en terme de taille mais est en passe de devenir un prédateur phénoménal et quelque chose que vous ne voudrez pas rencontrer dans l’eau. »


Un dessin qui donne une idée de la taille de certains calmars géants…

Habitat et mode de vie

Avec une taille estimée à 60-70 mètres dans certains cas (estimations basées sur les empreintes de ventouses en forme de soucoupe sur la peau de cachalots harponnés), les calmars géants et colossaux seraient les plus grand être vivant connu de la planète. Heureusement pour les baigneurs, ces animaux passeraient le plus clair de leur vie dans les profondeurs abyssales (en bas des 500 mètres), quoique que les individus plus jeunes et petits semblent fréquenter des zones plus hautes en surface. Il peut arriver qu’ils fréquentent la surface de la mer et quant ça arrive, cela a probablement donné vie aux anciennes histoires de marins, comme des combats à mort avec des cachalots, des attaques sur des navires ou des gens. La dernière de ces attaques de calmars recensées concerne le navigateur Olivier de Kersauzon et son catamaran Geronimo qui ont été littéralement stoppé net en plein mer par les tentacules d’un calmar géant de bonne taille. Un marin du même catamaran raconte qu’il a vu par un hublot des grosses ventouses comme dans les pires moments de 100,000 lieux sous les mers de Jules Verne. « Ca tirait super-fort. On a fait de l’eau vers le roulement, a poursuivi Olivier de Kersauson. Quand nous nous sommes arrêtés, les tentacules se sont décrochés. On l’a vu à l’arrière du bateau, il était énorme. Cela fait quarante ans que je navigue, je n’avais jamais vu ça. J’en ai entendu parler. Tous les marins ont entendu ce genre d’histoires. Du temps où je naviguais avec Eric Tabarly et Alain Colas on en parlait et on se disait qu’il devait falloir y aller à coup de hache. Lorsque je suis descendu, a de son côté expliqué Didier Ragault, j’ai vu une tentacule par le hublot de l’avant. Elle était plus grosse que la section de mon bras avec le ciré. Je me suis dit que ce devait être énorme. J’ai de suite pensé aux dégâts que cela pouvait causer. Ensuite une fois remonté et lorsqu’il s’est décroché et que je l’ai vu à l’arrière, il devait faire 7, 8 ou 9 mètres. Je n’en avais jamais vu un. » 1

Un calmar géant a aussi attaqué un mini sous-marin téléguidé de prospection pétrolière dans le Golfe du Mexique. La créature aurait laissé tranquille le sous-marin après s’en être lassé. Il est possible que cet animal soit impliqué dans plusieurs cas de disparition en mer de marins alors que les navires étaient retrouvés intacte comme abandonnés par leurs équipages. C’est sans doute un jeu d’enfant pour un calmar géant d’agripper une personne et de l’entraîner dans les abysses pour la dévorer.

Un calmar géant attaque un sous-marin de prospection pétrolière dans le Golfe du Mexique.

Répartition de l’espèce

Les calmars géants semblent apprécier les eaux froides et profondes. Le calmar géant semble répandu au nord tandis que le calmar colossal semble fréquenter les eaux antarctiques. Les calmars sont sans doute un des animaux les plus répandus des océans, on estime leur population à plusieurs milliards. Les plus petit sont pêchés commercialement tandis que les plus grandes espèces hantent les grandes profondeurs. Ils ne représentent pas un marché commercial vu que la chair de calmar géant est non comestible. En général, les calmars géants sont assez faciles à trouver. Là où il y a des grandes profondeurs et des cachalots, il y a en général des calmars géants. Environ 300 exemplaires de calmar géant de l’Atlantique nord ont été pêchés jusqu’à présent dans le monde mais seulement deux prises en Méditerranée.

Les « griffes » sur un tentacule de calmar colossal.

L’arsenal du monstre marin

Le calmar géant est le plus grand des invertébrés connus et a toutes les caractéristiques du monstre marin. Il est le fruit de millions d’années d’évolution afin de survivre dans un des milieux de vie les plus hostiles de la planète. C’est la taille de ces animaux qui frappe en premier. Les scientifiques ont déjà étudié des spécimens de 18 mètres, mais on parle ici de jeunes spécimens et non d’adultes. Il est très probable que les adultes et les jeunes fréquentent des aires alimentaires différentes, sans doute pour éviter que les adultes ne mangent les plus jeunes. Selon l’arbre de l’évolution, C’est un proche parent de l’escargot et de la limace, mais c’est pourtant un véritable missile sous-marin.

Le jeune calmar colossal capturé en 2007 dans les eaux antarctiques par des marins de Nouvelle-Zelande.

Caractéristiques du calmar géant:

  • Sa chair est toxique et ne peut pas être consommée par l’homme.
  • Il possède 3 coeurs et un cerveau développé comme les céphalopodes.
  • Il utilise un sac d’encre pour camoufler sa fuite. La forme du jet d’encre est faite pour imiter grossièrement la forme du calmar, le temps que celui-ci prenne la fuite.
  • Il est doté d’une sorte de « jet-propulsion » comme un avion à réaction, sauf que l’eau remplace ici l’air. On peut presque parler d’un «moteur organique».
  • Les calmars peuvent changer rapidement de couleur et de textures s’ils se sentent menacés. Comme les pieuvres, ils ont développé l’art du camouflage depuis des millions d’années. Ils se servent de cellules de peau pigmentées nommés chromatophores.  Cette capacité de camouflage doit être moins utile chez les gros individus mais très avantageuse chez les jeunes.

  • Comme armes principales le calmar a 8 bras et 2 tentacules, souvent dotés de griffes. Le calmar Cucioteuthis Ungulata possède sur ses tentacules des centaines de griffes acérés aussi grosse que celle d’un tigre…

  • Sa forme est très aérodynamique, il possède des ailerons aérodynamiques pour nager. Il peut passer de la nage avant ou arrière sans problème avec ses ailerons.

  • Le calmar géant utilise ses photophores pour illuminer son corps et aveugler ses proies. On devine l’effet sur la cible dans un environnement obscure quant soudainement la lumière apparaît. Le calmar géant utilise cette tactique comme le montre la vidéo tournée par un scientifique japonais.

  • Malgré leur taille les calmars géants semblent ne manger que des poissons qui se tiennent dans les eaux froides (légine Australe ou Patagonian toothfish). Leur bec extrêmement résistant leur permet de manger de la chair très dure mais par petite bouchée.

  • Les cachalots sont les seuls mammifères marins qui s’attaquent aux calmars géants  (mais on a aussi retrouvé des morceaux de calmars géants dans des estomacs de baleines pilotes qui peuvent aussi nager dans de grandes profondeurs). On peut trouver entre 5,000 et 7,000 becs de calmars dans l’estomac d’un cachalot. En Russie on a déjà trouvé un cachalot avec 14,000 becs de calmars dans son estomac.

<

p style= »text-align: center; »>Dans les profondeurs des abysses ont lieu sans doute des batailles épiques entre cachalots et calmars géants.

Ce que la science ignore encore sur les calmars géants et colossaux

Malgré que la science connaisse toutes les choses que j’ai citées, il demeure plusieurs mystères concernant la vie des calmars géant: – Longévité   – Profondeur maximale où ils peuvent vivre   – Vitesse de croissance   – Taille maximale des adultes   – Vitesse de nage   – Mode de vie (communauté ou solitaire)   – Mode de reproduction   – Comment les cachalots font pour les capturer (considérant la vitesse très supérieure des calmars)   – Leur intelligence (Ils sont difficile à capturer)   – Pourquoi ils échouent à certains endroits en particulier (théorie des changements de courants)
L’océan continue à recéler des mystères même en plein XXième siècle.
Sources:

1-

http://fr.wikipedia.org/wiki/Architeuthis

http://fr.wikipedia.org/wiki/Calmar_colossal

http://www.dinosoria.com/calmar_geant.htm

http://www.dinosoria.com/calmar_cachalot.htm

http://news.bbc.co.uk/2/hi/science/nature/2910849.stm

http://membres.multimania.fr/philippelopes/KersauzonCalmarGeant.htm

http://www.dinosoria.com/calmar-wheke.html

http://www.sport.fr/voile/Un-calamar-geant-attaque-Geronimo-26526.shtm

http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/actu/d/vie-video-calmars-geants-vedette-predateurs-eblouissants-10420/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *