Une nouvelle grippe espagnole, la H5N1

La résistance aux antibiotiques apporte son lot de problèmes. « La prochaine pandémie d’influenza, attendue entre 2007 et 2017, pourrait faire autant de victimes que la grippe espagnole de 1916, qui avait décimé 40 millions de personnes. Cette épidémie nous pend au bout du nez, dit le Dr Poisson. On est certain qu’elle va arriver. Le virus modifie sa structure génétique à  chaque génération. Quand il frappe des populations qui n’y ont jamais été exposées, c’est l’épidémie dévastatrice. Cette dernière s’abattra sur nous à  moins de développer une nouvelle génération de vaccins. Il faut s’y préparer. On n’a rien réglé en matière de pandémie d’influenza.

EPIDEMIE GLOBAL ?

Le pire danger a frapper l’humanité depuis la grippe espagnole de 1918, qui avait fait de 20 à  40 millions de morts.

Les six habitants de Hong Kong qui ont contacté l’influenza au contact de poules pourraient bien représenter cas d’une épidémie mondiale causée par une nouvellee souche du virus de la grippe.Selon Robert Webster, membre de l’équipee de spécialistes de l’influenza pour le compte de l’Organisation Mondiale de la santé, ce n’est qu’une question de temps avant que ce virus ne se transforme de façon à  pouvoir se transmettre de personness à  personne. Il affirme que les vaccins n’offrent aucune protection contre ce virus encore jamais vu chez les humains.
L’OMS place la « grippe du poulet » sous surveillance active. PARIS (AFP) – Le virus de l’actuelle peste aviaire, également appelée « grippe du poulet », qui a emporté un vétérinaire aux Pays-Bas où la maladie sévit parmi les élevages de volailles, est désormais placé sous surveillance active sur recommandations de l’Organisation Mondiale de la santé (OMS).
Info OMS : Grippe A(H5N1), Hong Kong RAS de la Chine, Composition recommandée des vaccins antigrippaux pour la saison 2003-2004.

info supplémentaires :

Recommandation
La grippe du poulet, ou grippe aviaire pour les volatiles en général, est une menace permanente pour la santé de l’Homme. Le franchissement de la barrière d’espèce par le virus, constatée en 2003, nous expose à  un pandémie grippale majeure. Espérons que nos inquiétudes soient finalement aussi exagérées que pour le SRAS 2003.
Dr Dominique Dupagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *