Universalité des Principes

Termites magnétiques

I- Micro
L’homéostasie est la capacité que peut avoir un système quelconque à conserver son équilibre de fonctionnement en dépit des contraintes qui lui sont extérieures. Selon Claude Bernard, « l’homéostasie est l’équilibre dynamique qui nous maintient en vie. »

La notion est apparue en biologie, relativement à l’équilibre chimique des organismes vivants, mais s’est révélée utile à la définition de toutes formes d’organismes en sociologie, en politique et plus généralement dans les sciences des systèmes.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Hom%C3%A9ostasie

La volonté d’homéostasie de certaines espéces peut-elle se faire selon les mêmes principes ?


Si nous regardons certaines expèces de termites, nous constatons que leurs constructions – de petites merveilles d’architecture- ont une utilité bien précise; elles visent à controler le climat ‘intérieur’ et la température ambiante, particulièrement durant la saison humide ou elles risquent l’innondation et le déluge, ainsi que durant la sécheresse redoutée de la période estivale.


Les ‘termites magnétiques, construisent des  »collines » anguleuses, de formes diverses afin d’attraper une plus grande intensité de rayons solaires sur le côté est de la structure. Ces insectes aiment les températures confortables et stables, durant toute la journée, aussi passent-ils rapidement du côté est de la structure qui se réchauffe rapidement, puis en soirée dans le centre, plus chaud, alors que le climat se refroidit…
Ces termintes magnétiques spéciales habitent sur les plaines d’australie du nord et construisent leur propre environement  »climatisé » selon différents axes, habituellement, Nord-Sud, gardant ainsi l’ombre locale et les conditions de vents  »en tête ». En effet les biologistes ne penses pas que ces termites observent le climat, mais plutôt qu’elles construisent leur structure selon des prédispositions génétiques héritées. Les collines des termites alignées correctement en adéquation avec l’ombre et le vent vont survivre alors que celles qui ne sont pas placées de façon optimales vont périr.

La méthode de selection naturelle ne s’applique toutefois pas à l’infini; la nature est plus subtile ! Chaque colonie de termite magnétique passe sur différentes orientations de structures aux conditions optimales selon un compas magnétique naturel progammé selon les informations vécues, une sorte d’emprunte génétique architecturale… pratique .
Le secret de ces structures gigantesques pour ces petits insectes réside dans leur muscle de taille et de force disproportionnée pour leur taille. Mais aussi, et surtout, dans leur organisation qui divise la population termitiques entre les travailleurs, les termites servant à la reproduction, et les guerrière.

http://www.environmentalgraffiti.com/featured/magnetic-termites-architects-giant-monoliths/11218

II- Macro

A la vue de ces clichés, il convient de rappeler d’autres photos de menhirs construits, comme nous le savons par nos ancêtres, et généralement alignés selon les mêmes axes, les pôles, ou la course solaire.

Enfin nous notons certains  »mound builders » amérindiens, ou indo-européens se sont vû décrire leur organisation sociale selon une division tripartite, qui est une hypothése, développée par Dumézil.
Le concept des fonctions tripartites indo-européennes fut développé par Georges Dumézil. Ses travaux montrent que les schémas mentaux de tous les peuples indo-Européens, qu’ils soient Grecs, Arméniens, Celtes, Indo-iraniens, Baltes, Germains, Slaves ou Latins, présentent un trait commun : l’organisation selon trois fonctions primordiales. On retrouve cette structure essentiellement dans les mythes, mais également dans les structures narratives, et dans l’organisation sociale – théorie des ordres : « ceux qui prient » (oratores), « ceux qui combattent » (bellatores) et « ceux qui travaillent » (laboratores) de Adalbéron de Laon.


Enluminure médiévale, British Library : le clerc, le chevalier et le travailleur

  • La première fonction, dite fonction sacerdotale, est liée au sacré

.
Aussi nommée fonction souveraine, on la retrouve avec les druides celtes, la caste des brahmanes indiens, ou encore les flamines romains. Cette fonction correspond aux divinités liées à la magie.

  • La deuxième fonction, dite fonction guerrière, est liée à défense du peuple.

On peut la considérer comme regroupant ce que l’on appellerait la noblesse d’épée, représentée, par exemple, par les chevaliers médiévaux, les guerriers, les soldats. On retrouve cette fonction dans la seconde caste en Inde : les kshatriyas (aussi – râjanya). C’est au sein de cette fonction que l’on retrouve aussi le principe du Chef, du roi, du râja. D’ailleurs, découlant de cela, dans la Rome antique, pour être empereur, il faut avoir été sénateur, et pour cela être citoyen romain — ce qui ne signifie pas forcément être habitant de Rome, mais surtout jouir du statut d’homme libre de l’Empire romain, donc avoir le droit de vote. Pour être citoyen, il faut avoir été soldat, donc guerrier. Cette fonction correspond aux divinités liées à la force physique.

  • La troisième fonction, dite fonction productrice, est liée à la fécondité.

Elle regroupe les agriculteurs, éleveurs, artisans, et les commerçants. Elle correspond à la troisième caste de l’Inde : les vaisya (aussi – ârya), et aux divinités liées à la paix, à l’amour et la prospérité.
C’est par le biais de la mythologie comparée que Dumézil a mis en lumière l’existence d’un tel schéma. Par exemple, il est notable que la plus vieille triade (ensemble de trois dieux supérieurs) de la mythologie romaine, dite triade précapitoline, comprend Jupiter, Mars et Quirinus, lesquels occupent clairement chacun une des trois fonctions
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fonctions_tripartites_indo-europ%C3%A9ennes

Vu de haut, hommes et fourmis ont procédé aux mêmes modifications de l’environement selon une organisation qui pourrait être commune.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *