La vie d’un poisson en aquaculture

L’augmentation de la demande et la destruction des océans, a provoqué la croissance rapide de l’industrie de l’aquaculture. Les poissons connaissent les mêmes conditions de confinements et de vie toxique que les autres animaux de l’élevage industriel.

L’anéantissement des océan

La pêche mondiale souffrent. Les navires géants utilisent maintenant  un sonar de pointe pour repérer les bancs de poissons rapidement et avec précision. En utilisant des méthodes comme le chalutage de fond et la pêche à la palangre, ces flottes sont capables d’anéantir des pêcheries entières en une seule saison. Selon les Nations Unies, plus de 80% des stocks mondiaux de poissons sont soit pleinement épuisés ou surexploités.

en-chine-la-peche-se-fait-de-maniere-industrielle

Le grand nombre d’animaux marins, « des prises accessoires » qui sont tués chaque année, puisqu’il il est impossible pour les filets de pêche de cibler uniquement les poissons qui sont destinés à être consommés, est inquiétant. Des requins, des tortues de mer, des oiseaux et d’autres poissons non ciblés, y compris de nombreuses espèces menacées, qui se prennent dans les filets sont appelés  » des prises accessoires » et sont rejetés à la mer, morts ou blessés.

Filets-assassins

shrimp

Fermes aquicoles: Les conditions de vie

La demande croissante de poissons et l’appauvrissement rapide des océans, ont conduit à l’aquaculture qui fournit près de la moitié de tous les poissons consommés dans le monde, avec une part augmentant rapidement.

Qualité de l’eau:  Le corps d’un poisson est toujours en contact avec l’eau et un poisson utilise ses branchies pour extraire l’oxygène de l’eau. Cela rend le poisson très sensible à la qualité de l’eau et à la pollution. En aquaculture, la qualité de l’eau est constamment détériorée en raison de la respiration des poissons et la production de déchets. Priver les poissons d’ un approvisionnement suffisant en oxygène (hypoxie) déclenche des réactions de stress. L’accumulation de déchets conduit à une augmentation des niveaux d’ammoniac, de nitrate, de nitrite et de solides en suspension, ce qui conduit à une altération des branchies et de la fonction rénale.

Température de l’eau: la température du corps d’un poisson est typiquement de quelques degrés en dessous de la température de l’eau. Tout changement dans la température de l’eau conduit à un changement dans les taux métabolique et les besoins en oxygène du poisson. Alors que les températures augmentant sont liées à l’hypoxie, des températures plus basses peuvent supprimer le système immunitaire et diminuer l’appétit.

Eclairage: Dans l’élevage industriel, l’éclairage artificiel est utilisé pour contrôler la photo-période (extension des heures d’ensoleillement pour augmenter le taux de croissance et obtenir une maturité plus rapide), certaines espèces sont exposées à un éclairage de 24 heures sur 24 pour accélérer encore plus la croissance. Les photo-périodes artificielles peuvent affecter le système immunitaire et prédisposer les poissons aux maladies. Des changements rapides de l’intensité lumineuse peuvent déclencher des réponses prédateur / panique, augmentant les blessures lors de collisions accidentelles.

Les densités de peuplement: le surpeuplement diminue la capacité des poissons à avoir des comportements naturels, tout en augmentant la présence de ceux qui sont indésirables. Le surpeuplement réduit la capacité des poissons dominés à éviter les individus dominants, elle inhibe la formation de petits groupes ou des bans et la capacité à nager correctement. Les agressions résultant de surpeuplement, conduisent à une augmentation des niveaux de stress, à des taux de mortalité accrus et à des effets physiologiques nocifs sur les poissons.

Maladies:  les conditions en aquaculture (dont le surpeuplement, la mauvaise qualité de l’eau, l’éclairage naturel et les changements de température de l’eau) contribuent aux maladies et à l’augmentation du taux de moralité. La mauvaise qualité de l’eau peut conduire à des blessures des branchies, augmentant la susceptibilité aux infections bactériennes. Cette croissance bactérienne empêche les branchies d’absorber l’oxygène et peut être mortelle. Le surpeuplement augmente directement les niveaux d’infections parasitaires, des parasites infectant chaque partie de leur hôte – se nourrissant de leurs branchies, infectant le sang, les intestins et presque tous les autres organes …

Fish-Farming

Transport

Les poissons sont affamés avant le transport, pour à la fois:

  • à éliminer le besoin des poissons de déféquer pendant le transport et protéger la qualité de l’eau
  • minimiser la contamination de la carcasse lors de l’éviscération.

Pendant les périodes de privation de nourriture, on sait que les poissons adoptent des comportements cannibales tels que le mordillement des yeux et des nageoires des autres poissons.

Les poissons sont très sensibles à la qualité de l’eau et aux températures. Pendant le transport, les poissons sont déplacés dans des environnements différents à différentes températures, entraînant une augmentation significative des niveaux de stress et de mortalité chez les poissons transportés.

La surpopulation (déjà un problème dans l’aquaculture est encore plus accentuée pendant le transport) conduit à des blessures lors des collisions entre les poissons, cela augmente les niveaux chez les poissons entraînant des agressions et des combats.

transport

Les filets

Lorsque de nombreux poissons sont pris au filet ensembles, le poids des poissons du dessus provoque de graves blessures chez les poissons du bas de la pile. Dans flottes de pêche modernes, des milliers de poissons s’entassent jusqu’à écraser ceux du dessous avec une force écrasante. Les poissons asphyxiés, apeurés luttent pour tenter d’échapper au filet ce qui provoque d’autres blessures.

Retirer les poissons de l’eau et les asphyxier dans l’air, entraîne des comportements de fuite très forts et de sévères réactions de stress. Une fois hors de l’eau, les poissons étouffent un peu comme nous ferions si nous étions maintenus sous l’eau. Dans leur agonie, les poissons se tordent, halètent et battent leurs branchies comme s’ils essayaient désespérément d’avoir de l’oxygène.

Quiconque a déjà été incapable de respirer, même pendant un court laps de temps, comprendra que c’est une expérience terrifiante. Pour les poissons, le temps nécessaire pour atteindre une perte de conscience varie en fonction de la température et le taux métabolique – les quelques minutes à des températures élevées peuvent être portées à 10-15 minutes avec des températures plus basses.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *