Vorin, l’homme de Sakria

A la fin de l’année dernière, dans un petit village du district de Lebas ,près de Francfort-sur-l’Ode, les autorités interrogèrent un homme errant qui leur parut suspect. Les réponses qu’ils en obtinrent les instruisirent très-peu, ainsi qu’on va en juger. Cet étranger parle mal l’allemand et porte toutes les marques d’une origine caucasienne. Aux questions que lui a adressées le bourgmestre de Francfort, cet homme a déclaré se nommer Jophar Vorin ,qu’il venait d’une contrée appelée Laxeria située dans la partie du monde appelée Sakria….

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A la fin de l’année dernière, dans un petit village du district de Lebas ,près de Francfort-sur-l’Ode, les autorités interrogèrent un homme errant qui leur parut suspect. Les réponses qu’ils en obtinrent les instruisirent très-peu, ainsi qu’on va en juger. Cet étranger parle mal l’allemand et porte toutes les marques d’une origine caucasienne. Aux questions que lui a adressées le bourgmestre de Francfort, cet homme a déclaré se nommer Jophar Vorin ,qu’il venait d’une contrée appelée Laxeria située dans la partie du monde appelée Sakria, qu’il ne comprend aucune langue européenne, à l’exception du patois allemand, mais qu’il sait lire et écrire les langues laxarianne et abramianne .La première, à ce qu’il prétend, est parlée par le peuple de son pays, et la seconde y est à l’usage de l’ordre clérical. Sa religion, qu’il nomme spatianne, est chrétienne de forme et de doctrine. Selon lui ,le pays de Laxaria serait situé à plusieurs centaines de milles d’Europe et séparé de ce continent par un Océan immense. Il allègue pour motif de son voyage la recherche d’un frère qu’ il a perdu depuis longtemps.Il dit avoir fait naufrage en route , sans pouvoir indiquer approximativement aucun lieu, de même qu’il ne peut tracer, ni sur une carte, ni sur un globe, la route qu’il a suivie.Cependant il se montre très instruit sur le département géographique de sa race inconnue. Dans son idée ,la terre se divise en cinq parties,qu’il nomme Sakria, Aflar, Aslar, Auslar et Euplar. Les savants de Francfort, après un mûr examen de l’homme et de son récit, ont conclu qu’il fallait prendre l’un et l’autre au sérieux, tant il est vrai que les choses qui s’écartent le plus du sens commun , obtiennent toujours crédit. Toutefois, Jophar Vorin a été envoyé en toute sûreté à Berlin , où il est aujourd’hui le sujet d’études des savants de la ville. Peut-ètre apprendra-t-on plus tard le fin mot de cette histoire…
Source : Le Journal de Toulouse du 17 Avril 1851

Merci à Nouchka pour sa « trouvaille »

PS : Une chose me chagrine tout de même : « Sakria, Aflar, Aslar, Auslar et Euplar » ressemblent beaucoup à Afrique, Asie, Australie et Europe
Tchargal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *