World Wildlife Fund

World Wildlife FundLobby de chasseurs sportifs de trophées

Le vote récent à la convention CITES en Thaïlande qui a vu les ours polaires perdre leur chance d’être inscrit à l’Annexe I de la liste des espèces protégés dont le commerce international est interdit a permis de mettre en lumière l’influence très forte d’une ONG tentaculaire au pouvoir occulte très puissant. Le World Wildlife Fund ou Fonds Mondial pour la Nature (WWF) ne s’affiche jamais ouvertement en faveur de la chasse sportive dans ses campagnes de récoltes de fond. Ils ne montreront jamais sur leur site Web une photo d’ours polaire abattu par un riche touriste sur la banquise canadienne avec le slogan «Aidez-nous à soutenir la chasse sportive à l’ours polaire».  Ils vont préférer mettre l’image attendrissante d’une mère ourse et de ses oursons pour émouvoir les gens. Si WWF montrait son vrai visage, ce serait sans doute pas bon pour la récolte de dons. Véritas-Europe jette un regard critique sur une ONG des plus controversée et actuellement sur la sellette, le World Wildlife Fund.

 

Qu’est-ce que le Fonds mondial pour la Nature (WWF)?

C’est une fondation privée fondée en 1961. C’est de loin l’ONG environnementale la plus puissance du monde, présente dans plus de 100 pays. Mais son succès s’explique aussi en partie parce que c’est une organisation acceptée par les chasseurs sportifs.  Son budget est astronomique pour une simple ONG avec 447 millions d’euros déclaré en 2008. Le public fournie 60% de leur budget et pour le 40% qui reste, c’est assez mystérieux.  Une chose est sûre, l’argent afflue de partout, dons des membres, ventes d’articles (peluches, magazines…), partenariat avec des entreprises qui veulent se donner une image écolo (ex : Coke). Dans certains pays, WWF reçoit même des subventions gouvernementales. Il y aurait autour de 5 millions de volontaires du WWF dans le monde entier.

ours444

Le panda est le logo du WWF. Ici une version revue et corrigée.

Son objectif central est de « stopper la dégradation de l’environnement dans le monde et construire un avenir où les êtres humains pourront vivre en harmonie avec la nature : en préservant la biodiversité du globe, en garantissant une utilisation durable des ressources naturelles renouvelables ; en encourageant les mesures destinées à réduire la pollution et la surconsommation »1  L’organisation fait  donc des études scientifiques sur l’état de la faune, tente de préserver et restaurer des écosystèmes, s’arrange pour que l’application des lois internationales soient respectées, fait de la sensibilisation.  Mais le but de leur action semble parfois moins louable qu’il n’y parait au premier abord. Par exemple restaurer des écosystèmes pour les transformer en champ de tir pour chasseurs, n’est pas selon moi travailler pour la protection des animaux, mais juste les exploiter.  Surveiller l’application des lois n’est pas nécessairement louable si auparavant WWF a magouillé pour que celles-ci soient dans l’intérêt d’une partie de sa clientèle qui est composé de chasseurs sportifs de trophées. On peut se demander aussi la pertinence de considérer la chasse aux trophées comme du développement durable, surtout si la chasse en question implique un animal en voie d’extinction comme l’ours blanc.

ours333
Déjà que les ours polaires doivent composer avec un environnement extrêmement hostile où chaque jour est un combat, ils doivent aussi composer avec la menace des chasseurs de trophées venus du sud qui tue par simple plaisir. Le WWF encourage ce genre de comportement irresponsable qui met en péril la biodiversité.

La campagne québécoise de WWF en partenariat avec Coke
Chez moi au Québec, la compagnie Coke a fait tourner en boucles des publicités léchés montrant une ourse polaire et ses petits  en disant que Coke s’associait à WWF et que l’ONG au logo de panda ferait tout pour protéger les ours polaires des dangers reliés aux changements climatiques. Aucun mot dans cette publicité télévisuelle de la chasse sportive à l’ours polaire, une omission volontaire de WWF. Car sans doute que WWF ne voit aucun problème que maman ours et bébé ours dans la pub, tombent sous les balles de chasseurs sportifs. Le lobbying de WWF démontré à la convention CITES laisse penser que la prospérité de la chasse sportive à l’ours polaire intéressait plus WWF que la survie de l’ours polaire elle-même. Car derrière cette organisation soi-disant protectrice de l’environnement, se cache un lobby mondial de chasseurs sportifs de trophées et l’influence occulte de groupes très peu respectueux de l’environnement. Combien de personnes qui ont vu la pub manipulatrice de WWF/Coke à la télévision savaient que leurs dons servait à encourager la chasse sportive à l’ours polaire? Est-ce de la fausse représentation? Oui. De la fraude? Sans doute. En tout cas WWF n’a pas dit dans la pub à la télévision qu’elle était en faveur du trafic des produits dérivés de l’ours polaire, ce qui est une omission grave.

ours222
La multinationale de boissons gazeuses Coke a fait une campagne intense avec WWF pour soi-disant «protéger les ours polaires» des menaces qui pèsent sur eux. Mais il semble que la chasse ne soit pas considérée par Coke et WWF comme une menace même si elle contribue à tuer des ours.

L’influence du WWF à la récente convention CITES

A la dernière convention CITES de mars 2013 en Thaïlande, les Etats-Unis avaient proposé de placer l’ours polaire sur l’Annexe I des espèces protégées. Ceci aurait offert aux ours polaires une bonne protection internationale contre le commerce international des produits dérivés de l’ours polaire, la chasse « traditionnelle » inuit aurait cependant été permise encore. Mais les magouilles et le lobbying en coulisses ont eu raison de l’avenir des ours polaires. Le Canada et des nations voyous en matière de protection des espèces sauvages (pays en faveur de la chasse à la baleine et de l’éléphant) ont voté contre la proposition américaine. L’Union Européenne qui ne voulait sans doute pas empirer ses relations avec le Canada à cause de l’embargo sur les produits du phoque, a préféré faire un vote stratégique d’abstention.  La proposition  des États-Unis a donc été refusée par
38 voix pour, 42 voix contre, 46 abstentions.

Le WWF a milité pour l’exclusion de l’ours polaire à l’annexe I alors qu’ils ramassent des millions de dollars pour soi-disant protéger les ours polaires. Ils vendent même des peluches d’ours blancs sur un site Internet (voir sources en bas). Si on n’appelle pas cela de la fraude, je me demande comment on appelle ça. La dernière convention CITES a aussi été un fiasco aussi pour les requins qui mériteraient tous d’être en Annexe I tant leur sort est incertain à cause du trafic intense des ailerons de requins pour alimenter le marché asiatique. Mais quant la première puissance du monde, la Chine, est la première consommatrice de ces ailerons, il devient difficile d’espérer voir les choses changer. Même chose pour le thon « Blue Fin » au bord de l’extinction mais qui rapporte des sommes d’argent incroyables. Pour expliquer maladroitement son appui à la chasse sportive de l’ours polaire, WWF s’est défendu sur la priorité de s’attaquer aux dangers que représentent les changements climatiques. « La diminution de l’habitat lié au réchauffement climatique, et non pas le commerce international, est le premier moteur du déclin anticipé de la population [d’ours polaires] », a insisté WWF. « 3

Une ONG fondé par des chasseurs sportif de trophées

La citation suivante d’un représentant de WWF en Afrique du sud montre bien la mentalité pro-chasse aux trophées de WWF. “Conservation will not succeed with full effectiveness in Africa without hunting. It is not a debate or consideration whether true conservation organisations partner hunting organisations, it is a given. Our constitution supports sustainable use and sustainable hunting is one form thereof” (Dr. Rob Little, WWF-SA, February 2002) 4

ours111

Un  safari aux tigres à Jaipur (Inde) en 1961. On remarque la Reine Elizabeth II actuelle (avec le sac) avec son mari le Prince Philippe. Celui-ci a été président de WWF de 1981 à 1996, il donnait de l’argent à l’organisation depuis 1961… Pour une organisation qui est supposée protéger la vie sauvage, cette photo est une peu dérangeante. La chasse est imcompatible avec la conservation sauvage surtout quant des animaux menacé comme le tigre sont tués. Même en 2013, WWF utilise l’image du tigre pour ramasser des fonds.

Quant on regarde le profil de certains chefs du WWF on est loin du profil typique du militant des animaux. Un de leur ancien chef C. R. « Pink » Gutermuth était président de la NRA (National Rifle Association ou lobby des armes des États-Unis). Un autre, Francis L. Kellogg, était un chasseur de trophées célèbre. WWF donne un sens étrange au mot «conservation». L’idéologie profonde derrière WWF étant de préserver des écosystèmes afin que la chasse sportive puisse se perpétuer. WWF lutte contre le braconnage étant donné que les braconniers enlèvent des revenus aux propriétaires de réserves où la chasse sportive aux trophées a lieu. Par exemple le braconnage illégal des rhinocéros pour alimenter le trafic des cornes dérange WWF mais ils parlent peu des dangers pour l’espèce de la chasse sportive aux rhinocéros. Le gouvernement de l’Afrique du sud permet toujours la chasse aux trophées pour le rhinocéros blanc alors que les effectifs de l’espèce fondent comme neige au soleil. Comme pour le cas de l’ours polaire, WWF se donne bonne conscience avec l’image «je ne suis pas un remède» montrant un rhinocéros. Mais WWF aurait dû ajouter une campagne «je ne suis pas une cible» montrant un rhinocéros…

Avec le temps et le développement mondial de la pensée écologique, WWF est devenue plus rusée, évitant de s’afficher ouvertement en organisation de lobbying de la chasse sportive de trophées. Elle utilise à toute les sauces l’expression « développement durable » plus politically correct qui justifie toutes les dérives et les abus. Conserver en vie suffisamment longtemps des animaux sauvages pour que ces animaux soient disponibles pour la chasse, semble être un des objectifs non avoués de WWF. Il est bien évident que les animaux sauvages qui se font abattre se foutent bien que la chasse légale contrôlée est meilleure que le braconnage, pour eux la finalité est la même. On ne peut être un tueur ou un «moins tueur», on est un tueur ou on ne l’est pas.
WWF fait beaucoup penser à une organisation canadienne appelée « Canards illimités » qui visent à préserver les milieux humides et les marais, habitat des canards. Sauf que la finalité de ceci est d’assurer la conservation de beaux écosystèmes pour les chasseurs sportifs. C’est une perversion de la conservation non basée sur des sanctuaires où les animaux sont vraiment protégés dans le vrai sens du terme. Ce genre d’ONG comme WWF est un vrai cancer pour le millieu animaliste, car il se sert des sentiments affectifs que les gens ont pour les animaux pour servir un lobby de chasseurs qui n’aiment les animaux que morts sur des photos de trophées ou empaillés dans leur salon.

Je ne dirais pas que toutes les entreprises de WWF sont négatives. Certains sont louables, comme celle pour aider le chef Raoni contre la construction d’un gros barrage, mais malheureusement, le lobbying pro-chasse aux trophées sera toujours une énorme tache à la crédibilité de cette organisation. Elle devrait aussi enlever le fameux panda de son logo, car c’est le gouvernement chinois qui s’occupe de la préservation du panda et non WWF. Mais le panda est une bonne mascotte sympathique pour récolter de l’argent.

Le développement durable et ses dérives

WWF privilégie « l’utilisation durable des ressources naturelles renouvelables ».1 Traduite en langage plus clair, cette affirmation signifie que cette organisation est pro-chasse. Ce n’est pas une organisation de protection des animaux sauvages à proprement dite. Plus une organisation qui vise à préserver des environnements de chasse pour les chasseurs. La seule notion positive est qu’ils veulent préserver des écosystèmes sains afin que la chasse sportive puisse se pratiquer dans de bonnes conditions pour le maintien des animaux sauvages. Au Québec on appellerait ça une mentalité de « pourvoirie ».

Le plus ridicule dans le mantra de « développement durable » (les chasseurs de phoques utilisent aussi souvent cette expression pour excuser leurs massacres à grande échelle) est qu’on ne peut pas parler de « développement durable » quant il est question d’une espèce au bord de l’extinction. WWF semble considérer que 20,000 ours polaires est une quantité suffisante pour autoriser l’exploitation. Mais quant on éparpille ces 20,000 ours polaires sur les territoires des États-Unis (Alaska), de la Russie, du Canada, de la Norvège et du Groenland ça ne fait vraiment pas beaucoup d’ours polaires au kilomètre carré. Faut même se poser la question si dans le futur des mâles et des femelles auront la chance mathématique de se rencontrer pour procréer. Bref sur la question du développement durable le WWF ment complètement.

Un autre facteur s’ajoute également, le niveau de braconnage qui est inconnu. Il faut être vraiment naïf pour croire que certains Inuits ne se serviront pas de la demande mondiale en produits dérivés des ours polaires pour arrondir leur fin de mois. A l’heure actuelle 800 ours polaires tombent annuellement sous les balles et les flèches d’arbalètes des chasseurs sportifs ou inuits. Environ 400 sont tués par les Inuits et un autre 400 par les chasseurs de trophées. Les estimations de braconnage mondial sont autour de 400. Considérant que la fonte des glaces va causer beaucoup de décès de mères ourses, noyées à cause des distances énormes à franchir à la nage pour nourrir les petits, les ours polaires peuvent être considérés en grand danger. Il y a aussi les croissements « prizzlis », soit les mélanges ours bruns et ours blancs qui compromettent la pureté génétique de l’espèce. Le déplacement migratoires des orques aussi qui ont tendance à manger les même proies que les ours polaires.

ours777
Une ourse polaire avec ses petits dérivent sur la banquise.

On peut aussi s’interroger sur la question du maintien des quotas de chasse accordés aux Inuits pour la chasse traditionnelle considérant que ceux-ci vendent souvent leur quota à des étrangers. Quant c’est des Chinois ou des Américains du Texas qui abattent de ours polaires, quelque chose ne marche pas alors dans le terme « chasse traditionnelle ». Ça fait des décennies que les Inuits ne sont plus vêtus en fourrure, ils portent souvent des vêtements modernes manufacturés comme vous et moi. Mais le stéréotype « Agaguk » persiste encore et des organisations comme WWF capitalise là-dessus. La sagesse inuite a depuis longtemps quitté les terres du Nunavut et du Nunavik depuis que de nouvelles valeurs occidentales ont conquis les régions nordiques: l’argent, l’appât du gain, le désir d’avoir les mêmes bien matériels que les gens du sud possèdent. Comment assurer la survie des espèces naturelles quant le cancer du capitalisme a envahi le nord? A l’heure actuelle, il y a pas mal plus de peaux d’ours polaires transformées en descente de lit dans les maisons de riches chasseurs sportifs internationaux en Europe ou aux USA que dans toutes les maisons du Nunavut et Nunavik  réunis. Quelque part le peuple inuit a vendu son âme au dieu dollars et c’est bien dommage pour les ours polaires.

La soi-disant lutte contre le réchauffement climatique

Pour afficher une image écolo, WWF valorise la lutte au développement climatique. On peut cependant s’interroger sur son action réelle qui est plus symbolique qu’autre chose. « Le 31 mars, le WWF organise Earth Hour, une manifestation mondiale d’une heure (de 20h30 à 21h30) pendant laquelle citoyens, pouvoirs  publics, villes et entreprises sont invités à éteindre la lumière, pour lutter contre le réchauffement climatique. »2 J’espère que WWF ne compte pas sauver les ours polaires juste avec ça.

Campagne frauduleuse d’information

Pour se tirer d’affaire dans les médias, WWF a affirmé que les changements climatiques étaient une plus grande menace pour les ours polaires que la chasse et le commerce des produits dérivés de l’ours polaire et que donc, il ne fallait pas mettre les ours polaires sur l’Annexe I qui offre la protection maximale aux animaux. C’est un peu comme si vous saviez que la première cause de mortalité est le cancer et la seconde le SIDA et qu’à cause de cela, vous jetiez vos condoms aux poubelles étant donné que le SIDA est une cause secondaire de mort. Il n’est pas venu à l’idée de WWF que les menaces sur l’ours polaire s’additionnaient et que ce n’est pas une question de priorité de menaces. Il est nécessaire de s’attaquer à toutes ces menaces de front et il est évident que ce n’est pas dans le mandat de WWF de bannir la chasse sportive des espèces menacées.

oours555

Un ours polaire exposé dans une boutique aux Etats-Unis. Sans doute le sort qui attend le nombreux milliers d’ours polaires à cause de la trahison de plusieurs gouvernements et d’organismes comme WWF.

Conclusion

Les sites de WWF sont placardés d’images d’ours polaires et d’autres animaux et comment ils veulent en « prendre soin ». Mais on se demande parfois où se ramasse les 500 millions de dollars amassés (un demi milliard!) annuellement par cette organisation à la transparence douteuse. La chasse à l’ours blanc et la vente internationale des produits dérivés de cet animal est devenu un gros business, un peu comme le trafic des cornes de rhinocéros ou le commerce de l’ivoire. Une véritable mafia entretenue par les Inuits, le gouvernement canadien, des ONG pro-chasse aux trophées comme WWF et bien sûr le lobby commercial de la fourrure inuit et blanc. Les ours polaires n’appartiennent pas au Inuits, ni à WWF ni à aucun pays. Ils appartiennent à eux-mêmes.

SOURCES:

1-2- http://fr.wikipedia.org/wiki/Fonds_mondial_pour_la_nature
3- http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/03/07/le-canada-refuse-de-proteger-davantage-ours-polaires_n_2830007.html
4- http://www.dw.de/dw/article/0,,15891067,00.html
http://torontogta.gift-it.com/item/82aa9d17afac75a88e6c99d3cc4c9643
Les peluches d’ours polaires vendus par WWF.
http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/03/07/l-arret-de-mort-de-l-ours-polaire-vient-d-etre-signe_1844312_3244.html
Le titre dit tout
http://www.eco-action.org/dod/no7/76-78.html
Un site qui dénonce WWF
https://www.facebook.com/WickedWildllifeFund
Site facebook anti-WWF
http://www.dw.de/dw/article/0,,15891067,00.html
https://www.facebook.com/notes/stop-trophy-hunting-now/wwf-supports-trophy-hunting-all-over-the-world-/476348555747874
http://wwf.panda.org/
Le site officiel de WWF
https://www.facebook.com/polarbearwwf

Le site Web de WWF sur les ours polaires qui démontre les mensonges de cet ONG et ses nombreuses contradictions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *