Le Yowie australien

YowieLe Yowie australien: légendes mystérieuses d’une tribu de gens Poilu

En 1804, le livre Géographie Moderne – une description des Empires, des Royaumes, des États et des Colonies: avec les océans, les mers et les îles: dans toutes les parties du monde a été publié par John Pinkerton.  il y a dans ce livre un commentaire concernant une population d’aborigènes qui a partagé Sydney Harbor avec une autre tribu. Ils ont été décrits comme ayant le nez camus avec de larges narines; des sourcils épais et des yeux enfoncés. Leurs bouches étaient d’une «largeur prodigieuse» avec des lèvres épaisses et des mâchoires proéminentes. Les Aborigènes les considéraient comme étant entièrement un autre peuple: les Yahoos ou Yowies, ce qui signifie «peuple poilus ».

Les deux groupes Yowie d’Australie

la tribu Kuku Yalanji du Queensland en Australie croit en l’existence de cette créature. Ils prétendent avoir coexisté avec le Yowie pendant des siècles et qu’ils ont une longue histoire détaillée de leurs attaques dans leurs légendes. Le Yowie est l’équivalent de ce que les tribus amérindiennes d’Amérique du Nord appellent le Sasquatch.

Les récits historiques se rapportent à deux types de Yowie en Australie, l’espèce la plus importante étant un Gigantopithèque. Il s’agit de la plus grande espèce dont on dit que la taille varie entre 1 m 80 et 3 m,  et pouvant peser jusqu’à 450 kilos. Il est décrit comme cryptique et on dit qu’il ressemble à un homme énorme à l’aspect simiesque, qu’il est couvert de poils, qu’il a des serres en guise les doigts. Comparé au Sasquatch Amérique du Nord, il est censé avoir plus un aspect de primate pour le visage et la tête et il marche debout. On décrit également son tempérament comme plus agressif et dangereux envers les humains. Les autres espèces de Yowie sont décrites comme étant plus petites, entre 1m20 et 1m50.. Alors que la plupart des gens sont sceptiques à l’égard de ces récits, certains pensent qu’il s’agit d’une ancienne espèce d’hominidés qui a évité l’extinction. Ces hominidés ont été représentés dans l’art rupestre local, des personnages poilus  grands à côté de personnages plus petits, les autochtones.

Statue d'un Yowie, Kilcoy, Queensland, Australie (source Wiki Common)
Statue d’un Yowie, Kilcoy, Queensland, Australie (source Wiki Common)

Contact avec le Yowie: observations au fil des ans

On dit que le contact des Européens avec le Yowie a commencé avec l’arrivée de la Première Flotte à Sydney Cove en 1788. Au cours du début de l’ère coloniale , les Aborigènes ont souvent averti les colons britanniques de se méfier d’une créature simiesque qui se cache dans les montagnes escarpées et dans les forêts profondes du continent. Un récit en particulier, qui a atteint Londres dans une lettre en 1820, parle d’une rencontre en 1789 par des forçats et un groupe de marins lors d’une expédition de chasse. Les hommes avaient tué un tas de wallabies et ils rentraient à la colonie quand, au sommet d’une colline voisine, ils ont vu un animal les observer parmi les arbres,  qui ont-ils affirmé plus tard avait deux fois la taille d’un homme ordinaire.

Sydney Cove, First Fleet, 1788, Australie
Sydney Cove, First Fleet, 1788, Australie

La première observation en Australie du sud a été signalée à Philip Island, Victoria en 1849. Au cours de cette rencontre, plusieurs personnes ont observé une créature, qui dit-on mesurait entre 1m80 et 2.10, qui ressemblait au croisement d’un babouin et d’un homme. À l’époque, la créature était assise sur le bord d’un lac quand on lui a tiré dessus.

Incontestablement, l’une des observations les plus étranges et  des plus controversées, se présente sous la forme d’une photographie de 1936. Elle fait partie d’une série d’images prises par Rich Jones pendant qu’il travaillait dans un camp de bûcherons isolés à Batlow, situé dans les montagnes enneigées de la Nouvelle Galle du Sud, à 450 km au sud-ouest de Sydney. L’image semble montrer une grande créature assise avec les mains sur les genoux, derrière deux hommes assis sur un rondin de bois. Une analyse plus poussée de la photo montre prétendument la zone de la tête posée près de la poitrine regardant vers le bas. Cela est dû à « la ligne matriçage de l’arbre ».

La photographie mystérieuse prise par Rich Jones dans Batlow que certains disent était un Yowie (1932)
La photographie mystérieuse prise par Rich Jones à Batlow. Certains disent que c’était un Yowie (1932)

Un autre incident bien connu a eu lieu en décembre 1979, quand un couple, Leo et Patricia George, s’est aventuré dans la forêt et est tombé sur la carcasse d’un kangourou mutilé. Ils ont affirmé plus tard que l’agresseur était à seulement 12 mètres et ils ont décrit une créature mesurant 3 mètres, recouverte de poils, qui n’a cessé de regarder en arrière avant de disparaître de nouveau dans le bush.

Les spécimens australiens controversés jugés réels

Le Yowie n’est pas la seule créature dans l’histoire australienne dont l’existence a été accueillie avec scepticisme. Lorsque les colons européens ont envoyé un spécimen d’ornithorynque à Londres, les scientifiques ont été déroutés par la ponte, le bec de canard, la queue de castor, les pieds de loutre et  ils  ont conclu qu’il s’agissait d’une sorte de canular. Ce n’est que lorsque plusieurs spécimens sont arrivés que la communauté scientifique a accepté son existence.

Peinture d'un ornithorynque, John Lewin, Nouvelle-Galles du Sud, Australie (1808)
Peinture d’un ornithorynque, John Lewin, Nouvelle-Galles du Sud, Australie (1808)

Observations modernes du Yowie

De nos jours, on dit que les observations du Yowie ont lieu dans  les régions côtières centrales et sud de la Nouvelle-Galles du Sud et sur la Gold Coast du Queensland (Les Blue Mountain juste en dehors de Sydney sont un point chaud).

Un expert du sujet, Rex Gilroy, prétend avoir étudié plus de 3.000 cas et il estime que le Yowie est lié au Bigfoot d’Amérique du Nord. Par comparaison, en Amérique du Nord il y a eu des milliers d’observations du Bigfoot dans l’histoire moderne (3313 en 92 ans, selon un site web). Les travaux de Gilroy pour divers journaux et magazines dans les années 70 ont fait connaître le sujet au public. Malgré les nombreuses observations et les témoignages, certains chercheurs sont arrivés à la conclusion que la preuve de l’existence du Yowie est si rare qu’il doit s’agir d’un être mythique que c’est probablement une sorte de canular.

En 2006, un livre a été publié avec tout ce qu’il y a à savoir sur le sujet, intitulé Le Yowie: À la recherche du Bigfoot australien par les auteurs Tony Healy et Paul Cropper. Healy et Cropper admettent qu’il y a peu de preuves pour soutenir l’existence d’une telle créature. Aucun os n’a été trouvé, les empreintes sont rares, il existe très peu de films ou de photos, tout comme pour le Sasquatch en Amérique du Nord.

carte des observation du Sasquatch
Carte des signalements de Bigfoot en Amérique du Nord (2008)

Certains des nombreux aspects des Bigfoot / Yowies

Les récits au sujet de grands hominidés poilus sont universels, intemporels et on les retrouve dans les mythes et folklores de divers cultures à travers le monde. Ils sont appelés  « Yeti » dans l’Himalaya, «Chi Chi » en Chine, «Almas » en Mongolie, « Kapre » dans les Philippines, « Forestmen » au Vietnam, la liste des pays avec des histoires d’homme-singes velus habitant des régions isolée du globe est sans fin. l’Australie est juste l’une des zones les moins connus où ont été signalées des rencontres avec des créatures similaire au légendaire Bigfoot.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *